LOUISE LAWLER : « NO DRONES » CHEZ YVON LAMBERT

ex300_00008

LOUISE LAWLER : NO DRONES / Galerie Yvon Lambert, Paris / 14 mars – 19 avril 2014.

Sixième exposition personnelle consacrée à l’artiste américaine Louise Lawler à la galerie Yvon Lambert, qui se tiendra du 14 mars au 19 avril prochains.

Dans le cadre de cette exposition, Louise Lawler présentera une nouvelle série d’œuvres originellement créée pour son importante exposition au Ludwig Museum de Cologne débutée fin 2013. Louise Lawler propose pour l’exposition No Drones un ensemble de vinyles noirs et blancs directement produits à partir de certaines de ses photographies iconiques. Tracés par le créateur de livres pour enfants Jon Buller, ces différents panneaux — telles de grandes planches de coloriage dans l’attente d’être complétées — permettent à Louise Lawler de mener plus loin le principe d’appropriation présent dans toute son oeuvre. Avec No Drones, Louise Lawler s’approprie en effet ses propres images et en questionne la valeur, les cristallisant dans la forme simple d’un tracé noir et blanc.

Issue d’un climat artistique au sein duquel s’affirmaient les schémas de déconstruction mis en place par les premières avant-garde, Louise Lawler confère grâce à son utilisation du médium photographique un nouveau statut à l’image. Son approche de la photographie se démarque en effet par une approche directement ancrée dans la démarche conceptuelle. Empreintes d’une réelle ambiguité poétique, les images de Louise Lawler nous dévoilent les conditions externes qui déterminent notre rapport à l’art. Photographiées dans des musées, des collections privées, dans des maisons de vente ou encore des storages, les oeuvres qui habitent les images de Louise Lawler se définissent, loin de toute considération esthétique ou historique, par la situation dans laquelle elles s’inscrivent. Tel Marcel Duchamp, Louise Lawler parvient à induire chez le spectateur de ses photographies une réflexion sur la relation incontournable qui existe entre la production artistique et sa réception culturelle. Elle souligne ainsi l’importance du contexte pour notre perception et notre compréhension de l’oeuvre d’art.

Attentive à la scène conceptuelle des années ‘70, le travail de Louise Lalwler use de la photographie comme moyen d’engager notre conscience au regard des institutions et du système de l’art. Louise Lawler fait également partie d’une génération de femmes artistes dont l’émulation et le soutien mutuel est indéniablement redevable au féminisme et aux féministes elles-même.

Louise Lawler est née en 1947 à Bronxville dans l’Etat de New York. Elle vit et travaille à New York.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :