DEBORA DELMAR CORP. « CARE CONCEPTS », MonCHERI, BRUXELLES

debora del mar corp hotel4

DEBORA DELMAR CORP. Care Concepts / MonCHERI, Bruxelles / 24/01/2015 – 21/02/2015 / OPENING JANUARY 24, 2015 – FROM 05PM TO 09PM.

La pratique de Debora Delmar Corp explore l’économie globalisée des affects et des émotions générés par les nouveaux systèmes de distribution médiatique, le basculement de la vie en « style de vie » et les nouvelles fictions identitaires s’y rattachant. Prenant en compte la manière dont notre système « dématérialisé » génère de nouveaux rapports psychologiques et physiques, sa pratique, développée à partir de display, de sculptures, d’impressions, ou de productions virtuelles, met en jeu les normes promues de bien-être, d’individualisme, de « métissage » et d’hédonisme contemporains.

Inspirés de l’esthétique des marques et des entreprises, de leur techniques de diffusion et d’assimilation, ces assemblages visent à produire de nouveaux types de narrations mixant les thèmes de la culture de masse et de la culture « locale » et « privée ». Ses « mises-en-scène » d’objets aux résonances anthropomorphes, questionnent les notions de domesticité, de possession, de créativité et de style de vie, d’ethnicité ou de classe.

Matrice de sa production, Debora Delmar Corp. se développe comme une structure promotionnelle auto- référente, traitant l’art et sa propre identité comme une entité de marque distribuée en produits dérivés.
Care Concept, projet conçu pour monCHÉRI, se propose comme une fantaisie domestique, élaborée à partir d’une peluche aux dimensions anthropomorphes achetée chez Costco,, le « paradis » de la classe moyenne blanche. L’artiste en décline le motif et met en fiction les valeurs sociales et psychologiques s’y rattachant. Ces « corps » sont transformés selon différentes étapes, de l’objet de consommation à la décoration d’intérieur. Comprimés sous des tables en verre, ils évoquent des corps « asphyxiés » par des règles et des normes préétablies. Présentés comme corps gisant sur le sol, les ours foncés décolorés évoquent autant la mort, que les traitements de spa, exposés tels des objets « purifiés ». Décliné en motif imprimé sur des textiles par un processus d’impression et de décoloration, la couleur bleu évoque la charte de couleurs des bouteilles de javel, et sa dérivation en couleurs chaires.

The practice of Debora Delmar Corp explores the globalised economy of affects and emotions generated by new systems of media-centred distribution, the toing and froing of life in “Lifestyle”, and the new identity fictions associated with it. Taking into account the way in which our “dematerialised” society generates new physical and psychological relationships, her practice, developed from displays, sculptures, impressions, or virtual productions, calls into play the norms promoted through well-being, individualism, “hybridisation” and contemporary hedonism.

Inspired by the aesthetics of brands and businesses, by their techniques for propagation and assimilation, these constructions aim to produce new types of narrations combining the theme of mass culture, along with those of “local” and “private” culture. Her “staging” of objects with anthropomorphic resonances questions the notions of domesticity, possession, creativity, lifestyle, ethnicity, and class.
The production matrix of Debora Delmar Corp. is developed as a promotional, self-reference structure, treating the art and its own identity as a brand entity distributed as product derivatives.

Care Concepts, a project conceived for monCHÉRI, is proposed as a domestic fantasy, extrapolated from a bit of fluff to that of the anthropomorphic dimensions bought at Costco, the “paradise of the white, middle- class ». The artist declines it as a motive, and fictionalises the social and psychological values tied to it. These “bodies” are transformed in accordance with different stages, from an object of consumption to one of interior design. Contained under glass tables, they evoke a body “asphyxiated” by pre-established rules and norms. Presented as a lifeless corpse on the ground, the dark, discoloured bear evokes death just as much as it reminds us of a spa treatment. Such objects themselves are exposed as being “purified”. As a faded motif imprinted on textiles by a process of impression and decolouration, the colour blue evokes the range of colours used in branding for cleaning products, and its pink derivation of flesh tones.

Clara Guislain

MonCHERI 67, rue de la Régence – Bruxelles 1000 – Belgique http://www.moncheri.co.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN