THOMAS HIRSCHHORN « TOUCHING REALITY », FRAC POITOU-CHARENTES, ANGOULÊME

06

Thomas Hirschhorn Touching Reality | The PLAYER | FRAC Poitou-Charentes, Angoulême 27 janvier – 14 février 2015.

Les oeuvres de Thomas Hirschhorn se caractérisent par un goût certain pour l’excès. Des matériaux pauvres (stylo bille, carton, adhésif, aluminium, pneus) y prolifèrent en abondance, colonisant les espaces depuis la surface d’un simple carton jusqu’aux sols et murs des salles d’exposition. Elles intègrent un usage généreux d’images trouvées et de questionnements (interrogations, citations tronquées). Les visuels, sujets et mots choisis interpellent, voire dérangent. Ils se caractérisent par leur violence, par leur nature outrancière ou encore par leur dénonciation d’un système.

Agissant comme une décharge sur le visiteur, ils se font l’écho de la virulence de la critique de Thomas Hirschhorn envers la société contemporaine. Les oeuvres de l’artiste témoigne d’une constante résistance et d’une interrogation permanente au sujet de la place et du pouvoir de l’art dans la politique. «Je crois que l’art est universel, je crois que l’art est quelque chose d’autonome, je crois que l’art peut provoquer un dialogue ou une confrontation – d’un à un – et je crois que l’art peut inclure chaque être humain.» T.H.

Touching Reality est une oeuvre choc. À l’image, des vues en gros plan de corps déchiquetés qu’une main fait défiler sur une tablette numérique. Victimes de conflits d’aujourd’hui, ces corps détruits montrent une réalité qu’on ne veut pas voir. On découvre ces images au travers du support d’une tablette, ce qui n’est pas hasardeux : Thomas Hirschhorn produit ainsi un filtre supplémentaire entre les images et le spectateur, arguant de la distance que nous, regardeur, souhaitons maintenir avec cette horrible réalité. Cette distance est pourtant annihilée par le geste de contact direct avec l’image qu’induit ce nouveau type de support numérique : le passage d’une image à l’autre se fait par l’entremise d’une caresse et l’effet zoom est obtenu par un contact prolongé sur les plaies béantes.

Cependant, froids et peu engagés, ces gestes désignent avant tout un zapping. L’accumulation des corps, dégagée de toute partisanerie, démontre une redondance de la volonté de détruire, mais sans en supporter les résultats, refusant de les voir. Celles-ci ne sont d’ailleurs pas diffusées dans les médias. L’artiste puise ses sources sur internet. Ces images de basses qualités et amateures répondent à une urgence de l’instant, peut-être aussi à une forme d’émancipation du citoyen cherchant à produire sa vérité des faits. Sans qualité esthétique et sans concession, elles s’opposent au cliché officiel qui, édulcoré, est (presque) décemment diffusé dans la presse.

«Regarder des images de corps humains détruits est important, car cela peut contribuer à comprendre que l’acte incommensurable n’est pas de regarder, ce qui est incommensurable est d’abord que cela soit arrivé – qu’un humain, un corps humain ait en effet été détruit, et qu’un nombre incommensurable d’êtres humains aient été détruits.» (…) «Je suis sensible et je veux être sensible, et en même temps, je veux rester éveillé, je veux être attentif. Je ne veux pas me distancer, je ne veux pas regarder ailleurs, je ne veux pas détourner le regard.» T.H.

Visuel : ©Thomas Hirschhorn « Touching Reality », vidéo, 2012 Courtesy: Galerie Chantal Crousel, Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives