« RENDEZ-VOUS GARE DE L’EST », UNE RENCONTRE INOUBLIABLE

rdv
Rendez-vous Gare de l’Est / Texte et mise en scène de Guillaume Vincent, avec Emilie Incerti Formentini / Reprise au Théâtre du Nord Lille / Du 14 au 24 janvier 2016

Le rendez-vous est donné ici avec une femme, seule sur scène, assise, dans un espace vide. Mais qui devient vite plein et riche, très riche des paroles de cette inconnue. Elles forment rapidement des lignes de pensées, qui entrecroisent éléments de la vie quotidienne – il est bon de se lever tôt, de voir ses nièces aujourd’hui, d’embrasser Fabien au milieu de la nuit, et des épisodes bien plus inattendus. Au-delà de cela même : des passages douloureux, où la pensée se rompt, les émotions se confondent, le quotidien se dramatise.

Car cette femme souffre de maniaco-dépression. Face au public, elle se livre, avec un ton extrêmement profond de partage. Ni plainte, ni témoignage. Mais réel don de son expérience de vie. Car dans ce récit, c’est la vie qui l’emporte, avec certitude. « Il ne s’agissait plus de dresser le portrait d’une malade, mais le portrait d’une femme vivant avec une maladie ». L’intention de Guillaume Vincent, qui a choisi pour sa création parmi une centaine de pages retranscrivant des entretiens avec une patiente internée à l’hôpital Saint-Anne à Paris, ne pouvait se réaliser de façon plus juste.

Si le texte évoque la « folie », celle-ci devient apprivoisée, humanisée, ancrée paradoxalement dans la réalité la plus dense à travers l’interprétation sidérante d’ Emilie Incerti Formentini. La comédienne parvient ici à créer une connexion unique avec le public, qu’elle ne rend ni voyeur, ni condescendant, ni même confident. Il devient avant tout complice de moments devenus comiques par leur absurdité ou tragiques par leur vérité. Elle arrive, dans sa sincérité et sa puissance fragile, à le rendre simplement extrêmement proche, au plus près de ses moments de rires et de ses instants de maux. A lui faire entendre et recevoir une expérience hors norme, qui lui semblait certainement, avant de franchir la porte de la salle, hors normalité.

Le spectateur, renvoyé à son humanité et à ce lien soudain si fort, entré si intimement dans une sphère qui d’habitude éloigne, a finalement rendez-vous avec lui-même. Ce genre de rencontre ne se manque pas…

Aude Maireau

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN