JULIAN SCHNABEL, « SHIVA PAINTINGS », DANIEL TEMPLON PARIS

Julian Schnabel – « Shiva paintings » – Galerie Templon Paris – 11 mars – 13 mai 2017.

La Galerie Templon présente du 11 mars au 13 mai 2017 une série inédite en France du peintre américain, Shiva Paintings.

Autour de la figure du dieu hindou Shiva, Julian Schnabel développe une conversation entre la culture occidentale et les traditions de l’Orient. En appliquant ses mots, gestes et formes abstraites, à l’huile et à la résine, sur des images préexistantes de Shiva imprimées sur polyester, Julian Schnabel se confronte à un “palimpseste de la représentation” , en intervenant a posteriori sur une imagerie déjà créée et connue.

Placé à l’arrière plan, la peinture photographiée de Shiva semble pourtant remonter comme un sujet de premier plan, par la force des interventions de l’artiste : à l’image du Dieu, à la fois dissimulateur et révélateur, la peinture qui le recouvre agit comme une force de révélation. Julian Schnabel se rapproche de la vision hindouiste de la destruction ayant pour but la création d’un monde nouveau. Dans un jeu d’hybridation techniques et de synthèse entre abstraction moderne et tradition orientale, Julian Schnabel soulève la question du renouveau de la culture occidentale. Et sous-entend que ‘pour que la peinture l’emporte’, le peintre a besoin de tout : de l’ancestral et du moderne, de l’Orient et de l’Occident.

Né à New York en 1951, Julian Schnabel vit entre New York et Montauk, Long Island, aux Etats-Unis. Peintre, sculpteur et réalisateur, il a constitué une œuvre en constante évolution. Il se fait connaître dès la fin des années 70 avec des peintures réalisées à partir de débris de vaisselle. Aux côtés de JM Basquiat, Eric Fischl, Davis Salle, il participe au mouvement néo-expressionniste qui prône le retour à une figuration alliant violence et émotion. Adepte des formats monumentaux, Julian Schnabel a exploré de très nombreux styles, matériaux et techniques (plâtre, assiettes, bâches de camion, voiles, portes). En 1996, il réalise son premier film, Basquiat. Suivront Avant la nuit (2000), Le Scaphandre et le Papillon (2007) et Miral (2010).

Aujourd’hui, l’influence de son travail sur une nouvelle génération d’artistes américains est soulignée, et son parcours fait l’objet d’un ré-examen critique.

Julian Schnabel, Eddie Stern (Shiva), 2007 – Courtesy Galerie Daniel Templon, Paris et Bruxelles

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN