ICI, SAISON 17/18 : LE CCN DE MONTPELLIER OUVRE LES BRAS

Programmation 17/18 du CCN de Montpellier.

Le Centre Chorégraphique National de Montpellier et de l’Occitanie ouvre ses projets, augmente ses missions, se déplace et avance. Si cela peut faire grincer des dents, l’équipe trace sa route et ouvre les sillons partout et tout le temps.

Résidences d’artistes, formations en tous genres, tournées, présentations de spectacles… De l’imaginaire à la réalisation, toutes les phases du regard existent et se prolongent.

« Il y a une part de responsabilité du Centre National Chorégraphique à donner de l’espace, du temps, des moyens » explique en conférence de presse Christian Rizzo, directeur du CCN après Dominique Bagouet et Mathilde Monnier. Les propositions se multiplient, papillonnent et se distribuent au gré des rencontres. Pourtant, l’institution ne reste pas dans les méandres de l’institution. Christian Rizzo déplace le ICI vers l’ailleurs.

Exerce est le seul master d’études chorégraphiques d’Europe qui n’est pas dans une capitale. ICI décentre. Sur les rendez-vous publics, on compte une parfaite égalité femmes-hommes.

Comme à son habitude, la danse contemporaine va chercher ailleurs (dans les marges) ses inspirations : danse chamanique, Cinema mainstream…

Le CCN de Montpellier continue d’aider diverses compagnies, celles déjà repérées (notamment par Inferno) comme Latifa Laâbissi, Myriam Gourfink, Vincent Dupont mais aussi de jeunes chorégraphes à découvrir (on reparlera de Nadia Lauro et Zeena Parkins), Elsa Decaudin…)
« On va déplacer la formation du master EXERCE pendant 15 jours à Casablanca au Maroc, ce qui permettra de confronter les élèves à une autre réalité. »

Du côté des classes, même si la danse de recherche a du mal à concerner tous les publics, elle s’y attèle.
« Le pan de la formation culturelle est énorme : L’équipe, qui est considérée comme grande (il y a 11 permanents). Je sais à quelle point la question de la culture permet de gagner son propre terrain. Venant d’une famille extrêmement modeste, je sais de quoi je parle : grâce aux investissement publics j’ai pu acquérir une indépendance et, à un moment donné, à 50ans, j’ai envie de rendre la pareille et de trouver des formes de dialogue x ou y avec tout le monde. Je ne prends qu’un exemple : on mélange volontairement des gens qui sont sous probation avec des adhérents d’une maison pour tous. Il y a des projets qui ne nécessitent pas de visibilité(s) et c’est très bien comme ça ! Cette valeur de mixité est désirée. »

Bruno Paternot

http://ici-ccn.com/

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN