HARUN FAROCKI, « EMPATHIE », FRICHE BELLE DE MAI MARSEILLE

HARUN FAROCKI – EMPATHIE – Exposition monographique – vidéo – Friche de la Belle de Mai – Tour Panorama, 5e étage, Marseille – Du 25 novembre 2017 au 18 mars 2018

Première en France, cette exposition monographique réunit des oeuvres toutes emblématiques des procédures de travail dans des sociétés traditionnelles et industrialisées à différentes époques.

Avec neuf installations vidéo datant de 1995 à 2014, Empathie présente une série d’œuvres emblématiques de l’artiste allemand Harun Farocki autour des formes du travail, des modes de production traditionnels aux exigences de la production capitaliste.

Au-delà de cette sélection construite autour de l’intérêt d’Harun Farocki pour la représentation du travail, la Friche la Belle de Mai et le Goethe Institut montrent pour la première fois en France son dernier opus au long cours, réalisé avec Antje Ehmann, LABOUR IN A SINGLE SHOT / LE TRAVAIL EN UNE SEULE PRISE : 54 courts métrages, filmés en une seule prise dans 9 pays, montrent la diversité des formes de travail qui co-existent dans le monde actuel.

Cette exposition constitue le 1er volet de l’événement Du Travail.
À suivre Temps 2 : Travailler/Œuvrer jusqu’en février 2017 à la Friche.
Elle entre en résonnance avec une rétrospective et une seconde exposition des œuvres d’Harun Farocki au Centre Pompidou.

HARUN FAROCKI
Disparu en 2014 à l’âge de 70 ans, Harun Farocki laisse un corpus de plus de 90 films expérimentaux, explorant le monde contemporain et son fonctionnement à l’aide de films qui utilisent autant le documentaire que l’archive, les images trouvées (foundfootage) ou de vidéosurveillance, mêlés à un montage très élaboré.

« Il faut être aussi méfiant envers les images qu’envers les mots. […] Ma voie, c’est d’aller à la recherche d’un sens enseveli, de déblayer les décombres qui obstruent les images ».

Artiste engagé, son écriture complexe se penche de manière récurrente sur la question de l’institution sociale, et donc du travail : dans toute son oeuvre se lit une critique de la relève du travail manuel par la machine, de la substitution de la machine par l’œil. Archives du monde du travail, du monde ouvrier, installations, films ou documentaires, l’essence des convictions et de l’engagement artistique et humain de Farocki est là.

AU CENTRE POMPIDOU :
Rétrospective Harun Farocki – Christian Petzold – 23 novembre 2017 – 14 janvier 2018
À travers projections, tables rondes, installations et réédition de textes d’Harun Farocki, la manifestation montre la richesse de chaque œuvre et les affinités électives unissant deux cinéastes en dialogue constant.

Exposition des œuvres d’Harun Farocki : « Images contre elles-mêmes » 23 novembre 2017 – 7 janvier 2018.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN