RICHARD DEACON : SES « FOUNDATION STUDIES » AU CABINET DES DESSINS JEAN BONNA

Richard Deacon – « Foundation studies » – Commissariat : Emmanuelle Brugerolles, avec la collaboration de Jill Silverman Van Coenegrachts – Une exposition du scupteur au Cabinet des dessins Jean Bonna – Du 15 mai au 20 juillet 2018 – Vernissage le lundi 14 mai, à 18h.

Professeur aux Beaux-Arts de Paris de 1999 à 2009, Richard Deacon expose pour la première fois en France au Cabinet Jean Bonna un ensemble de dessins exécutés entre 1968 et 2018. Reconnu comme une des figures marquantes de la sculpture contemporaine, il a présenté en 2014 à la Tate Britain à Londres un choix d’œuvres, qui ont mis en valeur la diversité des formes et des matériaux qu’il privilégie.

Si l’œuvre sculptée de Richard Deacon nous est donc plus familière à travers ses créations en matériaux les plus divers (bois, aluminium, céramique, résine…), sa production dessinée nous est moins connue. D’une grande acuité et tout aussi variée, elle nous livre une nouvelle facette de l’artiste, dont le geste créateur s’exprime avec la même liberté.

Ces trente dernières années, plusieurs musées français ont déjà accueilli des œuvres de l’artiste, sans consacrer un focus particulier à sa production graphique : l’Arc à Paris en 1989 avec une dizaine de sculptures, le LaM de Villeneuve d’Ascq avec Between Fiction and Fact, sculpture monumentale en acier peint en 1992, le musée départemental de Rochechouart avec un ensemble de sculptures et d’estampes en 1997. Enfin une très belle rétrospective The Missing Part lui a été consacrée au musée d’art moderne et contemporain à Strasbourg en 2010, où a été présenté pour la première fois un grand nombre d’œuvres sur papier du début de sa carrière.

Intitulée Foundation studies, l’exposition des Beaux-Arts de Paris permet de découvrir une dizaine de dessins de grands et moyens formats, ainsi qu’un large choix de carnets d’études aux techniques les plus diverses, aquarelle, graphite, encre de Chine, feutres de couleur. La première œuvre, datée de 1968, représente un grand tube de dentifrice orange « proto-pop », pressé en son milieu et sans bouchon; quatre dessins, Them and us, exécutés entre 1995 et 1996, dévoilent chacun l’alphabet des motifs de l’artiste qui trouvent des résonnances dans différentes composantes de la vie organique ; deux dessins datés de 1985 dévoilent la mise au net des opérations techniques nécessaires à l’exécution d’un projet de sculpture monumentale et son mode de fabrication ; un dessin daté de 1979 représentant un profil est empreint, par ses contours très purs, d’une grande sensualité, tandis que celui de 2012, s’attache à développer une sorte de chorégraphie minimaliste.

Deacon présente également une œuvre conçue spécialement pour l’exposition : un dessin de plus de huit mètres qui se déroule sur une des cimaises du cabinet à la manière d’un rouleau chinois, mais sur plusieurs feuilles se superposant : on y retrouve le plaisir de l’artiste à se livrer à une expérience physique non plus face à un objet sculpté, mais dessiné.

Une sélection de carnets, jamais montrés, offrira un aperçu intime de la façon dont papier et crayon ont accompagné Deacon à travers une vie nomade consacrée à la sculpture et au voyage. Si l’attachement du sculpteur aux qualités singulières de chaque matériau – bois, résine, aluminium ou céramique – s’affirme dans ses sculptures, les œuvres sur papier dévoilent une nouvelle facette de l’artiste dont l’engagement créatif est voué à laisser le matériau s’exprimer d’une manière toujours très entière.

Sur le papier, une autre part de lui-même s’exprime : c’est le sentiment profond de vivre un moment particulier, d’être égaré ou peut-être las, en voyage, dans une chambre d’hôtel ou bien à l’atelier dans l’après-midi, quand rien d’autre ne se présente à son esprit… « Je dessine souvent lorsque je m’ennuie », reconnaît-il.

Richard Deacon, Untitled Drawings – copyright the artist / Tate Gallery

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN