JAN FABRE EN SATYRE AU MUSEE ROYAL DE BRUXELLES

1350_jan_fabre_wax_c7_chapter_vii_0[1]

Exposition Jan Fabre « Chapitres I-XVIII. Cires & bronzes » / Musée d’Art moderne (Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique) / 12-10-2012 – 27-01-2013.

La mode étant de dépoussiérer les musées d’art classique par l’injection d’un peu de contemporanéité, c’est à Jan Fabre que le Musée Royal de Bruxelles a fait appel pour revivifier ses collections. Ce dernier présente donc une double série d’autoportraits, soit 36 bronzes et cires en buste, une galerie faunesque parfaitement fabrienne qui réenchante les collections du musée.

Ce n’est évidemment pas la première fois que l’artiste se prête à ce jeu légèrement incestueux, puisque le Louvre l’avait déjà accueilli en 2008 pour une confrontation avec les oeuvres des peintres flamands pour une exposition intitulée « l’Ange de la Métamorphse », et qu’auparavant en 2006 le musée royal d’Anvers invitait son enfant terrible à faire de même dans un nombre considérable de salles. A Bruxelles, l’intervention de Jan Fabre se limite à une seule salle du 1er étage, où l’artiste a placé sa galerie d’autoportraits en voisinage de la salle des Rubens.

Les 18 bronzes de Fabre font donc vis à vis aux 18 cires colorées pour une double haie d’honneur de 36 autoportraits de l’artiste flamand, saisi à toutes les périodes de sa vie. Une galerie faunesque impressionnante dans la pénombre du musée, parfaitement théâtralisée par le metteur en scène. Les bronzes sont polis à l’extrême, à la manière des sculptures technoïdes d’un Jeff Koons ou de l’argenterie kitch du Danielli. En face, les cires paraissent plus artisanales et, paradoxalement, plus hyperréalistes. La cire absorbe la lumière, et les autoportraits en buste de Fabre paraissent alors vibrer d’une vie intérieure, d’autant que l’artiste n’a pas lésigné sur l’artifice des couleurs, soulignant ça et là d’un vert dégueu ou d’un rouge blafard qui une langue, qui des oreilles ou un appendice de licorne. L’ensemble dégage une atmosphère de musée Grévin revisité, pour une galerie à l’image de l’artiste.

A la fois pied-de-nez et expression d’une angoisse existentielle, les autoportraits de Fabre disent bien la vanité du vivant et sa mort annoncée. En cela, ils sont eux-mêmes des vanités, genre qu’affectionne particulièrement le Flamand flamboyant et pessimiste. Ses images de lui en forme de satyres ou de masques pop utilisent sans retenue la métaphore de la corne comme une excroissance de la pensée de l’artiste, qui viendrait crocher dans celle innocente du visiteur. Une manière de dire l’animalité résiduelle qui subsiste en chacun de nous et une façon élégante et drôle d’exprimer cette vacuité vertigineuse de l’existence qui visiblement hante toute l’oeuvre de Jan Fabre.

Marc Roudier 

Le catalogue « Jan Fabre. Chapitres I-XVIII Cires et Bronzes « (NL / FR / EN) est réimprimé pour l’occasion. Disponible dans la boutique du musée.

DSC04655[1]

0_fabre[1]

img_5751[1]

97305_1342789619_jan-fabre-chapitre-vii-2010-cire-93-x-25-x-63-cm-photo-pat-verbruggen-c-angelos[1]

Visuels : Jan Fabre, Chapitre I -XVIII, 2010, sculptures cire et bronze , Photos Pat Verbruggen / Vincelos / Musée Royal de Bruxelles

Comments
2 Responses to “JAN FABRE EN SATYRE AU MUSEE ROYAL DE BRUXELLES”
  1. « La mode étant de dépoussiérer les musées d’art classique par l’injection d’un peu de contemporanéité, c’est à Jan Fabre que le Musée Royal de Bruxelles a fait appel pour revivifier ses collections. »

    Il vous manque quelques éléments concernant Bruxelles. N’hésitez pas d’ailleurs à relayer l’information, les bruxellois ont réellement besoin de soutien : http://museesansmusee.wordpress.com/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives