GREGORY MAQOMA : BEAUTIFUL ME

628x471[1]

GREGORY MAQOMA : Beautiful me / Festival INSTANCES / Chalon sur Saône / décembre 2012.

La pièce de Gregory Maqoma, Beautiful me, est le troisième volet d’une trilogie. Après s’être préoccupé de la beauté du monde dans Beautiful et de la capacité autodestructrice des hommes dans Beautiful us, il part aujourd’hui en quête de son identité.

Pour cela, il regarde du côté de son histoire, de celle de son pays, mais aussi du côté de ses amitiés, puisqu’il a demandé à trois amis chorégraphes leur participation: Vincent Mantsoe, complice d’enfance dans le township de Soweto, Faustin Linyekula, congolais, et Akram Khan, anglais d’origine bangladaise, qui intègre le kathak à ses chorégraphies contemporaines. Trois artistes qui ont autant de manières uniques de traiter de leur lien avec un fonds culturel dit « traditionnel ». Tous les trois ont écrit pour Gregory des séquences dansées, qu’il a ensuite ajustées sur lui, les mêlant à des conversations imaginées, en anglais et en xhosa, pour composer un solo.

Violon, kora, violoncelle et percussions, la musique, en live, est d’une grande inventivité. Elle mêle, à l’image de tout le spectacle, tradition et contemporanéité et se mêle en identités multiples à la danse, quand le corps du danseur produit lui-même des sons qui s’ajoutent à la mélodie. La complémentarité entre musique et danse est totale. On trouve dans les deux le tonus et la rythmicité typiquement africaines, mais avec une maîtrise du geste et du son toute contemporaine, qui dépasse l’aspect traditionnel et fusionne les temps et les cultures.

Et entre deux pas de danse, Gregory Maqoma nous parle, de lui, de son histoire, de ce qui a fait de lui ce qu’il est : « Je suis un danseur africain, je vends des histoires exotiques pour survivre », et comme pour nous démontrer la véracité de ses propos, le voilà qui fait littéralement (et remarquablement) le paon. Mais son identité se comprend mieux en allant chercher du côté de l’enfance, du rapport au père, qui s’inquiète que son fils ne joue pas au foot, la danse étant alors associée à la culture blanche ou à l’homosexualité ; de la découverte de Mickael Jackson, « un noir qui avait du succès et dont je pouvais être fier », -mais qui avait tout de même deux gants blancs, alors qu’à Soweto s’était un chacun- et dont il nous fait une imitation fascinante, justement parce qu’il ne s’agit pas vraiment de l’imiter lui, mais plutôt d’imiter un jeune noir sud-africain des années 80 qui l’imiterait. Et puis il y a l’histoire de ce prénom chrétien, « Gregory », imposé par le pouvoir politique, et tout simplement imprononçable, qui nous ramène du même coup à la grande histoire, avec en l’occurrence pas mal de dictateurs, d’hommes de pouvoir ségrégationnistes, dont on aimerait bien rayer les noms… mais il ne faut pas, parce que justement, ils SONT son identité.

Gregory nous fait ainsi voyager dans son passé, qui lui sert à vivre le présent, à retrouver son identité sans se perdre et sans exclure les autres.

Toutes ces richesses, visuelles, musicales et de propos nous font facilement pardonner quelques imperfections du spectacle : l’espace qui semble parfois un peu vide, les liens entre le texte et la danse, pas toujours évidents, l’attention qui se perd par moments.

Maya Miquel Garcia

Retrouvez toutes les critiques du festival Instances dans notre dossier spécial : https://inferno-magazine.com/category/instances/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives