ON THE ROAD #11 : CHRONIQUE DE JANVIER, DE DIGNE LES BAINS A LA FRICHE BELLE DE MAI

Le Singe Blanc 01-13

ON THE ROAD (With Truck) #11 : La chronique voyageuse des scènes alternatives, par Pascal Salles.

Ca y est, l’année 2013 a commencé et le camion a repris du service sur les routes de campagne et d’ailleurs. Une année que nous espérons aussi excitante que les précédents avec des découvertes, des coups de cœur, des retrouvailles et des surprises. Mais avant de nous lancer dans cette année toute neuve, retournons un peu en arrière pour parler de Digne-les-Bains…

Samedi 01 décembre 2012…
Petit coup d’œil dans le rétro donc… Alors Digne les Bains est une ville de province comme beaucoup d’autres. Son centre-ville glacé par le vent descendu des Alpes en cette saison, ses hôtels désertés par les curistes qui préfèrent le printemps ou l’été et ses bars ou les jeunes du coin viennent boire des bières devant les écrans géants. Une petite ville comme les autres…

Sauf qu’à Digne, il y a le Centre Culturel René Char. Alors le Centre culturel, c’est une équipe d’une douzaine de personnes, financée par la ville, le département et la région. C’est une salle de spectacle de 300 places, c’est un accueil en résidence pour les artistes en devenir, c’est une programmation éclectique et tout ça qui baigne dans un mélange de gentillesse, d’humilité et de désir de servir un public. Vous demandez plus vous ?

Et qu’est ce qui a bien pu nous pousser à venir jusqu’à là ? Ben c’est le père Bohringer qui passait dans le coin et qui a choisi le centre René Char pour venir conter ses histoires. Bon, je ne vais pas vous la jouer blasé, c’est un pro le gars et malgré un rhume opiniatre, il nous a fait son show. Mais entre nous, c’est dans ses moments d’impro ou il accroche ses anecdotes d’un passé alcoolisé aux parasites de l’actualité de notre temps qu’il donne le meilleur de lui-même. Il sait tirer son public par le bout du nez pour l’emmener ou il le souhaite et le public, ben il est trop content puisqu’il est venu pour ça.

Bref, vous l’aurez compris maintenant… Une bonne soirée. Pour la petite histoire, le Centre René Char programme un festival de Heavy-Metal dans l’année… Je vous tiendrai au courant parce-que voir des chevelus faire du bruit avec des guitares électriques dans une salle format théâtre avec les jolis fauteuils rouges en velours ben ça doit valoir le coup d’œil…

Vendredi 25 janvier…
On commence l’année 2013 en ville. A Marseille puisque c’est la capitale Européenne de la culture pour un an, autant y aller. Ce soir, parce qu’on a l’âme cool, on se pose au Poste à Galène. Petite salle au milieu de la rue Ferrari lorsqu’on descend de la plaine vers le Sakakini. Ambiance enfumée avec les rastas de Broussaï. Bon, ils ne viennent pas de Kingston ni d’Addis Abébba mais de Mâcon. C’est moins exotique, quoi que…

Du bon reggae de combat, des textes qui sentent bon la révolte, des cuivres puissants et une salle conquise d’avance. Ben malgré ça, les pt’its gars de Broussaï, il ne vont jamais réussir à décoller vraiment ; à mettre le feu (de Broussaï ouarff). La faute à qui ? Ben à eux. Ils avaient tout ce qu’il faut pour faire une soirée mémorable mais dès lors que ça commençait à devenir chaud bouillant… Hop là, ils calmaient le jeu vite fait. Comme un groupe qui d’un coup a peur du pouvoir qu’ils vient d’acquérir sur un public.

Les gars, votre public il est majeur (presque) et vacciné. Alors quand il vous le demande gentiment comme ce soir, lâchez-vous à fond les manettes et profitez, ce n’est pas si fréquent. Prenez conscience de ça et on se revoit après OK ?

Samedi 26 janvier…
Alors c’est quoi le programme de Marseille pour la culture 2013 ? Le MUCEM (Musée Civilisations Europe Méditerranée) ? Manque de bol peuchère, le MUCEM il est pas fini… J’imagine la tête des touristes Etatsuniens, Japonais ou Allemands qui se sont payé le voyage pour voir ça avant les autres et qui trouvent un chantier… S’ils le trouvent parce-que coté bus, il m’a semblé qu’ils avaient oublié d’ouvrir une ligne pour y aller… En tout cas, nous le bus, on l’a pas trouvé bien qu’il n’y ait pas l’obstacle de la langue pour se renseigner…

Bon public, on décide d’aller à la friche. On aime bien la friche, il se passe des trucs parfois au Cabaret Aléatoire. C’est parti. Expo « ici, ailleurs » à la tour panorama… Alors leur expo, c’est les trucs habituels de l’art contemporain subventionné qu’on peut voir dans ce genre d’évènement et la « tour panorama » c’est l’ancien lieu/cave/ruine qui était littéralement recouvert de graphs géniaux qui a été repeint en blanc et augmenté de cimaises, de chiottes avec accès pour personnes à mobilité réduite et de mobilier public en bois aggloméré recouvert d’un revêtement laminé en plastoc noir du plus bel effet… Allez y vite, parce-que je serais étonné que ça tienne plus qu’une paire de mois tellement c’est cheap. Bref, ils ont cassé un truc rare pour mettre un truc qu’on voit partout. Cool. Quand vous y serez, passez donc voir le tampographe Sardon. C’est gratuit et c’est vraiment le seul truc qui vaille le détour avec son humour corrosif.

Après deux jours en ville, la campagne nous appelle et on se retrouve au Bocal de La Sauce à Apt… Ce soir, Icsis et Le Singe Blanc sont sur scène… Alors Icsis, vite fait, ça demande encore un peu de taff. Les idées y sont, l’envie d’être sur scène aussi mais le tout fait un peu brouillon… Désolé les gars, vous êtes sympathiques mais il faut bosser encore. Pour le singe Blanc, c’est déjà beaucoup plus mur. Deux basses et une batterie. Pas des plus facile à priori… Pourtant les basses tombent pile poil là ou elles devraient être. La batterie fait son job et les voix (hurlements ?) ne sont pas de trop. Sur scène, il se passe des choses, les musicos vivent leur set et ça se voit. Un bon petit groupe à voir, à revoir et éventuellement à surveiller. Mais vu le format, ça sera pas forcément facile pour eux… Courage, ça vaut le coup.

Pour terminer, exercice inhabituel… A force de traîner dans les salles, d’écrire mes histoires, de prendre des photos, ça devait arriver… J’ai reçu des CD pour donner un avis.

Les premiers à dégainer furent la boite de prog MusicMama pour le lancement du premier album de Nell Sin, Polonaise installée en France et qui vient à la scène alter en passant par le chant lyrique au conservatoire d’Aix en Provence … De l’électro-pop baroque ! A l’écoute, ça ressemble à de la musique instinctive over-dubbée… La voix se chevauche toute seule, les accords s’attardent… Il y a quelques trucs moins compliqués comme « Something is going to happen », « Violence », « Cobweb » ou « Niebko » et là ça pourrait faire mouche mais il y a quand même un truc gênant dans tout ça, c’est le choix (forcément un choix hein) d’utiliser des sons qui claquent quand même bien synthétiques. Vous je ne sais pas, mais moi ça me gêne, avec tous les bons musicos qui traînent de reconnaitre les timbres bien trop formatés des boites à rythme, les éternelles nappes de synthés et les clochettes électroniques. Malgré tout ça, la môme Nell, elle fait son job honnêtement et je ne vois pas bien ce qui pourrait vous empêcher d’aller la découvrir sinon de la soutenir.

Les seconds à me faire passer leur galette ça a été Les Robertes… Et là, ça ne rigole plus. Il y a des poils et ça sent fort sous les aisselles. Ca commence à fond les manettes avec « Balloon bird » et le temps d’arriver à « Let me write », le dernier morceau, on a envie de réécouter le premier. C’est le genre disque addictif. Perso je ne m’en plains pas. Attention aux oreilles délicates quand même parce qu’entre les deux loustics à la rythmique (basse/batterie) qui ont décidé d’affoler votre karma, le venin saturé de la guitariste avec ses riffs inspirés et les incantations de Matilde la chanteuse hypnotique vous risquez vous aussi de finir fiévreux. Ils sont représentés par Shakina Prod et s’ils ne se perdent pas en route, ce disque est comme qui dirait un truc à avoir.

Ben elle va être bien l’année 2013, dans quelques jours c’est Chabeuil qui commence et même si on ne fait pas tout le festival, on va y passer quand même, ensuite, les petites salles tournent encore, il y a toujours des nouveaux trucs à découvrir… Excitant comme tout cette affaire. Si vous ne pouvez pas y aller, no souçaï, je vous raconterai… En attendant, sortez-vous bien.

Pascal Salles

Centre culturel René Char : http://www.centreculturelrenechar.fr/
Le Poste à Galène : http://www.leposteagalene.com/
Broussaï : http://www.broussai.com/
Le tampographe Sardon : http://le-tampographe-sardon.blogspot.fr/
Icsis : http://fr.myspace.com/icsismusic
Le singe Blanc : http://www.lesingeblanc.org/newslsbf.htm
MusicMama : http://www.musicmama.fr/
Nell Sin : http://www.myspace.com/dom.4elicit/photos/14132066#%7B%22ImageId%22%3A13978658%7D
Les Robertes : http://www.lesrobertes.com/
Shakina Prod : http://www.net1901.org/association/SAKHINA-PRODUCTION,1072206.html

Friche belle de mai 01-13

Bohringer 01_12

BROUSSAI 01_13

Visuels : 1/ le Singe Blanc 2/ la Friche 3/ Bohringer 4/ Broussai / Photos copyright Pascal Salles / Inferno 2013.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives