LAURA ALMARCEGUI : « IVRY SOUTERRAIN » AU CREDAC

wp0a35ec3b_05_06[1]

LARA ALMARCEGUI : IVRY SOUTERRAIN / CREDAC Ivry / Du 19 avril au 23 juin 2013. Vernissage 18 avril./

Depuis le milieu des années 1990, Lara Almarcegui s’intéresse aux interstices urbains et suburbains : terrains vagues, souterrains, ruines et chantiers, autant d’espaces habituellement ignorés qu’elle étudie avec rigueur pour en transmettre l’expérience. Invitée dès 2010 à mener une recherche sur le territoire d’Ivry-sur-Seine, Lara Almarcegui s’est orientée sur la réalité souterraine de la ville. L’exposition rassemble ainsi une sélection de projets de l’artiste autour d’une nouvelle publication intitulée Ivry souterrain.

Ivry-sur-Seine est une ville en pleine mutation et redéfinition de ses territoires, aujourd’hui à l’aube de grands chantiers de développement qui en redessinent les contours et les usages.(…) Le livre Ivry souterrain, basé sur une synthèse des données existantes aujourd’hui sur l’état des sous-sols de la ville, relate les différentes périodes et strates d’occupation, réseaux et infrastructures : anciennes carrières et caves labyrinthiques, sources thermales sacrées, tunnels du métropolitain, lacs enfouis, réseaux d’eau, d’énergie et de télécommunications… dressent un véritable portrait « en creux » de la ville.(…)

Chaque œuvre ou exposition de Lara Almarcegui est une restitution objective de l’expérience à long terme d’un territoire, qui peut prendre un aspect monumental (les tas de gravats ou Rubble Mountains présentés actuellement au MUSAC à León) ou bien ténu et minimal : diaporamas, guides, listes des poids des matériaux, etc., autant de typologies permettant de la même façon une représentation mentale de ces espaces.(…)

Si ses projets sont intrinsèques à leur contexte, ils permettent aussi de fixer une situation éphémère et par un travail de mémoire, de la prolonger dans une temporalité plus longue. L’intégrité et le systématisme de sa démarche face à un territoire en révèlent simultanément la singularité, tout en permettant d’en dégager les problématiques à l’échelle globale.(…)

Lara Almarcegui est née à Saragosse, Espagne, en 1972. Basée à Rotterdam, elle déploie son investigation des territoires urbains dans de nombreux pays, qui font l’objet d’importantes expositions personnelles depuis plus de dix ans.

Parmi ses expositions personnelles, Musac, León (2013); CA2M, Madrid (2012), Künstlerhaus, Bremen (2012), Secession, Vienne et Ludlow 38, New York (2010), Galerie Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam (2008), Malaga Centre of Contemporary Art, Malaga (2007), FRAC Bourgogne, Dijon (2004) et INDEX, Stockholm (2003).

Elle a notamment participé aux expositions collectives Manifesta IX, Genk et TRACK, Gent (2012), Radical Nature, Barbican Art Centre London (2009), Biennales de Taipei et Gwangju (2008), Biennale de Sharjah (2007), Biennale de São Paulo (2006), Biennale de Séville (2006), (Public Act) Lunds Konsthal, Lund (2005).

Parallèlement à son exposition au Crédac, Lara Almarcegui représentera l’Espagne à la 55èmeBiennale de Venise (du 1er juin au 24 novembre 2013).

Visuel : Lara Almarcegui, Tierra de las obras del gaseoducto, Benlloch, courtesy de l’artiste et Ellen De Bruijne, Amsterdam.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives