« LATIN LOVERS » : L’ARTE POVERA DANS LES COLLECTIONS DU FRAC NORD-PAS DE CALAIS

mario-merz-igloo-1349900801_org

LATIN LOVERS (hommage à Jan Hoet) – DE L’ARTE POVERA DANS LA COLLECTION DU FRAC NORD-PAS DE CALAIS / 20.09.2014 — 30.03.2015.

Jan Hoet, le directeur du Musée d’Art Contemporain de Gand (SMAK) – décédé fin février 2014 – fut l’un des premiers experts externes à oeuvrer pour la constitution d’une collection d’art contemporain pour le Frac Nord-Pas de Calais. Il a su sélectionner des oeuvres importantes d’artistes dont la réputation n’est aujourd’hui plus à faire (des américains Warhol, Nauman, Flavin, Judd, et allemands Beuys, Richter, Bernd & Hilla Becher, Isa Genzken notamment).

Grâce à lui le Frac possède également un ensemble exceptionnel d’oeuvres de l’« Arte Povera ». Ce mouvement – ou plutôt ce collectif résident en Italie et partageant une même « attitude » – né dans les années 1960, a marqué l’histoire de l’art contemporain dans toute l’Europe. Lancé par un groupe d’artistes qui s’intéressaient à des thématiques telles l’écologie, la révolution sociale, l’alternative politique ou encore tout simplement la vie. leur renommée atteint le zénith avec l’exposition d’Harald Szeeman, ‘When attitudes become form’, présentée à la Kunsthalle de Bern en 1969. Plusieurs figures aujourd’hui emblématiques du mouvement y ont été présentées, parmi lesquelles l’artiste clé Michelangelo Pistoletto.

Pour Latin Lovers, le Frac présente deux pièces de ce créateur polyfacétique : une installation, composée d’une ligne de lampes (Quatro di fili elettrici, 1967) et une sculpture composée de chiffons (Muro di stracci, 1968). D’autres non moindres sont également conviés au rendez-vous, comme Alighiero e Boeti, dont le travail est toujours réalisé en collaboration avec des artisans d’autres cultures. C’est le cas ici dans l’alphabet personnalisé des collections du Frac (Mettere al mondo il mondo, 1972-1976), alphabet inspiré de motifs utilisés au Moyen Orient. Giovanni Anselmo quant à lui crée des environnements avec une grammaire plus complexe, composés de la juxtaposition de dessins et des matériaux divers.

La collection d’Arte Povera du Frac n’est pas en reste. C’est avec des artistes comme Mario Merz qui filtre des objets et parties d’animaux qu’il trouve dans des forêts pour ensuite les mélanger avec des néons ou des peintures et dessins que la matière laisse entrevoir son état sauvage. La relation à la matière brute est en effet une composante essentielle de l’art de ces Latin Lovers.

Des 17 oeuvres exposées, d’aucun ne passera à côté de la force pure que renferment les sculptures de Giulio Paolini ou Luciano Fabro, dont l’oeuvre au titre poétique prête son nom à cette exposition, ou Jannis Kounelis avec son obsession pour le feu, les installations de Pier Paolo Calzolari… Sans parler de l’écho aux éléments alchimiques auquel renvoient les oeuvres de Zorio qui pourraient, selon l’artiste, « être capable de produire une altération des processus naturels ou agiraient comme des métaphores pour l’action révolutionnaire humaine ».

artistes : CARLA ACCARDI, GIOVANNI ANSELMO, ALIGHIERO E BOETTI, PIER PAOLO CALZOLARI, LUCIANO FABRO, PIERO GILARDI, JANNIS KOUNELLIS, MARIO MERZ, GIULIO PAOLINI, MICHELANGELO PISTOLETTO, GILBERTO ZORIO

Visuel : Un « igloo » de Mario Merz / photo DR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives