ADEL ABDESSEMED « SOLO », YVON LAMBERT, PARIS

Adel-Abdessemed,-Nuance,-2014

Adel Abdessemed « Solo » / galerie Yvon Lambert, Paris / jusqu’au 20 décembre 2014.

Derniers jours pour l’exposition d’Adel Abdessemed « Solo », qui clôture ainsi 48 années de travail du galeriste Yvon Lambert, sa célèbre galerie fermant fin décembre.
.
Ce projet prend la suite de la conversation active nouée entre l’artiste et Yvon Lambert, qui s’était déjà exprimée au début de l’année 2014 avec la parution de l’ouvrage de bibliophilie conçu par Adel Abdessemed et Adonis, Le Livre des AA.

Adel Abdessemed propose ici une entrée dans la pluralité des pratiques auxquelles il se livre aujourd’hui : vidéo, sculpture, dessin, peinture, communiquent dans un dialogue entre l’intimité de l’individu et la communauté politique des hommes, contribuant à remettre en question le positionnement du créateur dans le monde — ce poète, ce fugitif magnifique, cet inventeur d’images.

C’est dans le secret de cette situation de l’artiste que l’exposition trouve son titre — manifestation d’un moment de solitude, source de l’art, et en même temps conscience du monde, du public, des amitiés, qui sont l’autre côté de l’isolement singulier où décantent les œuvres.

Dans les trois parties de l’exposition, les deux fils de l’existence artistique sont sans cesse entrelacés: dès l’entrée, The Traveling players, bas-relief de marbre représentant le moment où les négociateurs de Camp David marquèrent leur humanité en resserrant leurs cravates, comme des pendus à venir, se confronte au titre de l’exposition, transformé en dessin par l’artiste.

Dans la deuxième salle, Adel Abdessemed poursuit la série des vidéos où il écrase des objets de son pied : avec Nuance, il réduit à néant une lampe, éliminant avec force la lumière dans l’image. Autour du filament doré qui progressivement luit et brutalement disparaît, un ensemble de dessins atteste l’énergie de l’artiste, en noir de charbon et sur le blanc du papier, et fait danser les images consciemment inaccomplies du monde et de ses songes.

Au milieu de la troisième salle, Untitled met en scène l’artiste et son père, dans la position d’Isaac et d’Abraham dans le tableau de Caravage. L’artiste se place dans l’Histoire, celle des hommes et celle de l’art, la sienne propre, celle du monde dans lequel il vit. Autour, Diptyque, en marbre noir de Belgique, Landscape et Stonehenge, en marbre blanc de Carrare, des fragments du présent. En arrièrefond, Syndrome prépare les aventures à venir de l’artiste : reprenant un autre signe du monde actuel, et le déplaçant vers l’abstraction, comme un motif.
Le passé et le présent, l’art et la politique, le personnel et l’universel, l’image et le mot, se rencontrent, dans ce moment d’existence et de communauté qu’est l’exposition.

Visuel : Adel Abdessemed, Nuance, 2014, HD video projection (loop) / Copyright the artist / Galerie Yvon Lambert Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives