JESSICA STOCKHOLDER, « PALPABLE GLYPHIC RAPTURE », GALERIE NATHALIE OBADIA

jessica 1

Jessica Stockholder : Palpable Glyphic Rapture / Galerie Nathalie Obadia, Paris 04 / 22 janvier – 14 mars 2015

La Galerie Nathalie Obadia présente Palpable Glyphic Rapture pour la sixième exposition de Jessica Stockholder, après une collaboration initiée en 1995 et suivie de quatre autres expositions en 1998, 2001, 2006 et 2009.


Depuis plus de 25 ans, l’artiste américaine développe une oeuvre picturale et spatiale qui oscille en un mouvement dialectique entre l’accumulation des objets du réel et l’abstraction qui résulte de ce chaos. Parmi les pionniers de l’art contemporain à produire un travail d’installation singulier et consistant qui brouille les frontières de la peinture et de la sculpture, Jessica Stockholder compte parmi les artistes les plus importants et respectés de sa génération. En maître de la composition visuelle, l’artiste d&ea cute;veloppe un travail abstrait et formel qui privilègie une palette, des textures et des formes plutôt que l’identité des produits consommables manufacturés ou recyclés qu’elle utilise dans ses oeuvres. Cette production prolifique étonne par une constance et une cohérence qui ne s’est jamais départie de son énergie et sa complexité formelle, depuis la reconnaissance immédiate de Jessica Stockholder sur la scène internationale au début des années quatre-vingt-dix.

Pour Palpable Glyphic Rapture, Jessica Stockholder propose une oeuvre monumentale spécifique au site et créée in situ pour le 18, rue du Bourg-Tibourg, réalisée en réponse à la structure de la verrière. Elle présentera également un ensemble de travaux dits de studio, consistant en sept sculptures aux dimensions plus intimes, aux formats domestiqués. Attachée à l’étude des différences de tailles et d’échelles entre de grands gabarits et des compositions sculpturales de petits objets, l’artiste américaine s’inspire du contexte architectural pour transformer et articuler ses modules dans l’espace de la galerie. C’est précisement dans ce rapport à la lumière, à la construction, au lieu et à l’architecture que l’oeuvre bascule dans l’abstraction et révèle sa couleur, tandis que les miroirs convexes de sécurité de #624 Gross National Growth redéfinissent à leur tour la spatialité de la galerie.


Dans la lignée des Combines Paintings de Robert Rauschenberg – la nostalgie et la narration en moins, Jessica Stockholder fait du réel une abstraction du quotidien dont les volumes hybrides et fantasques témoignent d’un assemblage
précis et calibré. Le résultat de ce processus additif généreux est un chaos ordonné, assemblé. Son abord confus est un leurre qui permet au spectateur d’apprécier une composition d’éléments et de couleurs parfaitement maîtrisée et méticuleusement arrangée, comme il l’invite à redéfinir son rapport aux objets et à l’espace. Ces tableaux éclatés dans l’espace, ces surfaces colorées organiques et fractionnées sont des juxtapositions inattendues d’articles individuels qui ne donnent pas l’impression d’une logique apparente de construction. Or, les différentes étapes du processus de construction sont bien visibles, et récompensent un oeil attentif en laissant apparentes les fondations de l’oeuvre. Le spectateur peut se déplacer autour et à travers des oeuvres qui l’engagent physiquement à profiter d’une exploration aux multiples points de vue. Ce mouvement est d’autant plus recommandé que le travail ne saurait être appréhendé que d’une seule perspective statique : la profusion exubérante de détails, de stimulantes disparités de textures, ou de singularités jubilatoires de formes hétéroclites ne peuvent être perçus qu’en décentrant son regard. C’est la somme de ces moments visuels qui produira le souvenir de l’oeuvre de Jessica Stockholder le plus accompli et le plus juste possi ble.

Son travail convoque avec une grande liberté une certaine histoire de l’art du XXème siècle, et trouve des échos fragmentés – non exhaustifs, dans l’oeuvre de Duchamp, dans le mouvement Dada, Fluxus, et le Suprématisme, dans le Design, le Constructivisme ou le Surréalisme. En fédérant de modestes objets provenant d’un environnement quotidien, témoins d’un certain mode de vie occidental et déchargés de leur fonction symbolique, Jessica Stockholder les associe à des matériaux de récupération vernaculaires immédiatement disponibles dans une économie de moyens, qu’elle combine et superpose à l’esthétique directe et immédiate du bricolage, pour finalement faire écho à une logique de réappropriation qui n’est pas sans évoquer le Nouveau Réalisme, Kurt Schwitters, ou certains courant du Pop Art. Le Colorfield Painting trouvera une résonnance significative dans les recouvrements de plages de couleurs opaques qui semblent plastifier les objets, alors aussi choisis pour leur brillance, leur matité, leur patin artificiel ou leur clinquant. C’est la peinture et la couleur qui relient les objets constitutifs de l’oeuvre et cimentent la composition totale. Le relais chromatique est donc utilisé avec maîtrise comme architecture, et s’impose comme l’un des composants premiers de la sculpture.

Un jeu de dialectique fonde l’oeuvre en opposant l’ordre au chaos, le vide au plein, le minimal au complexe, le réel à la fiction, le statique au dynamique, la construction à la déconstruction. Malgré ces oppositions binaires, Jessica Stockholder parvient à créer des volumes spatiaux et picturaux qui isolent et dissocient l’unité, tout en mobilisant à l’envi la masse des particules pour le spectateur. L’aspect instable de ces constructions à l’équilibre incertain est quant à lui un artifice. Si les assemblages et les matérieux semblent précaires et paraissent être les produits d’un agglomérat fragile, il n’en n’est rien : paradoxalement, les oeuvres de Jessica Stockholder ont la capacité d’immobiliser et de statufier les situations éphémères et fugaces du réel, et c’est la possibilité d’une chute qui ne rend ces oeuvres que plus fortes et sculpturales.

Née en 1959 à Seattle, Jessica Stockholder vit et travaille à Chicago, États-Unis. Directrice du département des Arts Visuels de l’Université de Chicago, Jessica Stockholder est l’un des sculpteurs les plus importants de sa génération. L’artiste américaine a bénéficié d’importantes expositions personnelles à l’Aldrich Contemporary Art Museum à Ridgefield (2011), au Palacio de Cristal à Madrid (2010), au P.S.1 Contemporary Art Center à New York (2006), la Dia Art Foundation (1995), à The Renaissance Society, Chicago (1991).
En France, elle a récemment été présentée au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne avec Wide Eyes Smeared Here Dear (2012) et à Nantes pour le FRAC des Pays de la Loire avec Hollow Places Court in Ash-tree Wood (2012)

Visuel : Jessica Stockholder, vue d’exposition au MAM St Etienne / copyright the artist

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives