BENGOLEA, CHAIGNAUD ET ANA PI : LE TOUR DU MONDE DES DANSES URBAINES

g_Briqueterie15VDMChaignaudBengolea01b

Cécilia Bengolea, François Chaignaud et Ana Pi : Le tour du monde des danses urbaines en 10 villes.

Pour accueillir le duo Bengolea/Chaignaud, les deux vedettes de la performance française, le Centre Chorégraphique de Montpellier s’associe à Montpellier Danse et au CDN Humain trop humain pour deux soirée bien différentes. Un spectacle : Dub Love et une conférence performée autour des danses urbaines.

Devant un écran monstrueux diffusant photos et vidéo, la danseuse contemporaine Ana Pi (passée par la formation Ex.er.ce à Montpellier) explique au public l’histoire, l’esthétique et les connexions entre 10 danses urbaines nées à l’aube du XXIe siècle. Du japon au Brésil, de la Jamaïque aux Etats-Unis, on interroge la notion de groupe, d’espace, de rythme. Avec son accent brésilien succulent, Ana Pi explique, tout en fraîcheur et simplicité, la question du corps dans l’espace public. A chaque danse son costume, les habitus et son évolution.

Si les explications sont claires et cohérentes, si la soirée passe très vite et que l’on y apprend beaucoup de choses, la conférence tombe dans l’écueil du pédagogique : à trop simplifier, on perd totalement la complexité de l’homme et du monde. Les conclusions en deviennent tellement angéliques qu’on se demande vraiment pourquoi les guerres existent et pourquoi la danse n’a pas sauvé les hommes de la barbarie. La notion de groupe n’est vue que du côté positif (l’union fait la force) mais les contraintes et les scléroses liées au groupe (je dois m’intégrer quitte à renier ma personnalité) ne sont pas évoquées. De même, le caractère combatif des danses n’est expliqué que du point de vue cathartique (Aristote vampirise encore et toujours la pensée du spectacle vivant) et non comme une préparation potentielle et déguisée à la guerre urbaine. Le vocabulaire violent des danses (les gangs, les battles, les masters) viendrait ainsi purger des passions et non autoriser, perdurer un certain esprit de compétition et du lutte qui ne déplait pas à l’industrie capitaliste. De même, le penchant du marchandising envers les modes vestimentaires urbaines est passé sous silence. Heureusement, la conférence est aussi éditée sous forme d’un petit livret -financé par le CDC de Toulouse- qui remet un peu les choses en perspectives (il est distribué à la l’issue de la conférence).

Étonnamment, le duo Bengolea/Chaignaud ne commente jamais l’aspect très sexuel de certaines danses qui cantonnent la représentation des corps dans un stéréotype très genré qui promulgue une violence du corps souvent répréhensible, à tout le moins remarquable.

Si Ana Pi, conférencière performeuse offre une mise en pratique corporelle du projet, elle est souvent mangée par l’écran. La force des images -et leur taille- la broient un peu trop. Cet aspect documentaire de la vidéo annihile aussi le plaisir de l’imaginaire, il ramène systématiquement à la réalité, à la véracité. Ces danses restent donc cantonnées dans le champ de l’instructif et du réel et le mur d’images nous empêche d’en faire un enjeu poétique. Mais, ce n’est peut-être pas le propos et il nous faudra aller voir la mise en application dans un spectacle pur. A l’issue de la conférence, le public sort heureux et près à tester les pas d’un Passinho brésilien ou du Kuduro (danse angolaise née des guerres et qui signifie « cul dur », ce qui laisse présager de l’intensité et du caractère sportif de cette danse.)

Une soirée pédagogique, un peu loin du poétique et du politique dont on est habitué chez le duo Bengolea-Chaignaud mais qui rafraîchit, et c’est déjà pas mal.

Bruno Paternot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives