YANG FUDONG, « THE COLOURED SKY: NEWWOMEN II », MARIAN GOODMAN PARIS

yang-fudong-the-coloured-sky-new-women-II

Yang Fudong : The Coloured Sky: New Women II / Galerie Marian Goodman, Paris / 18 avril-30 mai 2015.

La Galerie Marian Goodman expose actuellement les nouvelles œuvres de Yang Fudong. Pour sa quatrième exposition à la galerie de Paris, l’artiste présente une installation vidéo multi-écrans, The Coloured Sky: New Women II, ainsi que de deux séries de photographies.

Dans la lignée de New Women, film en noir et blanc réalisé en 2013 dépeignant une image de la femme inspirée du cinéma chinois des années 1930, The Coloured Sky: New Women II s’éloigne de l’esthétique du premier opus en présentant une atmosphère colorée évoquant l’enfance. Cinq jeunes femmes en tenues de plage évoluent dans un décor de bord de mer intentionnellement factice, une sorte de mirage pour le spectateur. Tour à tour ingénues ou séductrices, elles nous invitent à découvrir leur jardin secret, entre rêve et réalité.

L’artiste a imaginé de nouvelles manières de faire progresser la narration en expérimentant, grâce à des panneaux translucides colorés, des possibilités formelles inédites dans son travail. A l’image des ses films antérieurs, l’œuvre est dépourvue de trame narrative et, telle une peinture abstraite, transmet avant tout une atmosphère, une sensation, un sentiment.

En complément des photographies liées à New Women II, la galerie présente au rez-de-chaussée une série de photographies en noir et blanc intitulée The Light That I Feel en relation à un film éponyme réalisé pendant l’été 2014 sur l’île de Sandhornøy en Norvège. Tourné avec des acteurs et danseurs locaux, The Light That I Feel a été présenté in situ sur huit écrans au sein d’une structure architecturale spécialement construite sur une plage de l’île. Inspiré de l’esthétique bergmanienne, ce projet a permis à Yang Fudong de diriger pour la première fois des acteurs européens et de tourner au cœur de magnifiques paysages scandinaves. Comme souvent dans ses films, les paysages jouent un rôle essentiel au même titre que les protagonistes, l’artiste cherchant une manière de déployer une forme de narration en mettant en scène le vent ou les arbres.

Depuis la fin des années 1990, Yang Fudong a développé un corpus d’œuvres constitué de vidéos, films, installations vidéo et photographies, parmi les plus remarquées on peut citer An Estranged Paradise (1997-2002), son premier film, Seven Intellectuals in Bamboo Forest (2003-2007), un cycle de cinq films 35 mm en noir et blanc ou The Fifth Night, un film projeté sur huit écrans. L’artiste favorise les projections multi-écrans, concevant des installations qui enveloppent le spectateur, faisant de lui le deuxième réalisateur. Le langage cinématographique de Yang Fudong est toujours empreint d’onirisme et de mystère. Ses personnages, délibérément silencieux et désincarnés, aux mouvements chorégraphiés, parviennent à chaque fois à attirer le spectateur dans une atmosphère d’une beauté plastique troublante. Entre film et photographie, son travail joue également sur la suspension du temps et la confusion des époques « on a le sentiment d’être hier, mais c’est en fait demain ».

Visuel : The Coloured Sky: New Women II : Tirage jet d’encre en couleur / Courtesy of the artist and Marian Goodman Gallery

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives