LOUP SARION, « HUMIDITY », JEANROCHDARD BRUXELLES

Loup_Sarion_50

Loup Sarion, « Humidity » / Galerie Jeanrochdard, Bruxelles / 28.01.2016 – 05.03.2016.

Pour sa première exposition personnelle à la Galerie Jeanrochdard, Loup Sarion présente trois ensembles
d’œuvres, en cuir, métal et mousse, réunies sous le titre humidity. Qu’elles se donnent à voir comme des
corps stalagmitiques et stalactitiques simulant le mobilier d’une grotte, ou des punching-balls renvoyant à
l’univers d’une salle de sport, ces sculptures convoquent un imaginaire primitif et une certaine esthétique
du fluide.

L’artiste se plait à sculpter un univers hybride, fait de références communes camouflées de manière à annuler
tout tabou aussi bien que tout repère. Au premier abord ses œuvres peuvent paraître des assimilations
bizarres, discrètes, presque nonchalantes des glissements de sens qu’elles effleurent ; à les regarder plus
attentivement elles révèlent leur nature organique et crue, ainsi que leur présence du corps humain sur le
mode de l’absence.

The Sleepwalkers (Les somnambules) sont des sculptures totémiques envisagées comme des personnages
rendus actifs dans le sommeil par des sensations de manque ou des états émotifs. Suspendues à l’aide
d’une tige métallique soudée aux poutres de la galerie, ces volumes indéterminés relevant du rapport à
l’anthropomorphe évoquent les déambulations de nos vies nocturnes.

Légère et vive dans une logique presque inscrutable, l’œuvre de Loup Sarion se démultiplie dans une idée
de malléabilité infinie de la matière et d’inhibition des formes abstraites et banales, qu’il cherche à mettre
en tension. Au moment d’ajouter l’élément pictural, il traite la surface de manière quasi épidermique. A ce
titre, qu’il s’agisse d’une patine sur le métal ou d’une texture teintée sur les peaux en cuir, l’onctuosité de la
couleur devient haptique et un dialogue silencieux s’établie entre le regard et le toucher.

Coulées en mousse polyuréthane, Sof sweating (Transpiration soyeuse) sont aussi des œuvres qui renvoient
à l’épiderme et ses humeurs. En représentant la mémoire d’une addition de gestes et de formes, ces
entremêlements de tuyaux de douche et d’aspirateur sont des hybrides d’objets domestiques que l’artiste
traduit dans un langage dépouillé, et expose en trophées suggestifs.

Loup Sarion fait appel à un réel hanté par des contradictions et des non-sens qui laissent chez le spectateur
un arrière-goût d’amertume. Mais il y a toujours une forme de sincérité – comme il le dit – dans la manière
dont il questionne les objets sans pour autant les juger. Existant physiquement dans l’espace de l’exposition,
ces corps étendent l’appréhension moderne de la sculpture.

Francesca Napoli
(Press release)

Visuel : Soft sweating (U smell like I smell), 2015 . urethane memory foam, sportwear . 55 x 35 x 20 cm

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN