ENTRETIEN : RICCI/FORTE, « WUNDEKAMMER SOAP #7 »

ricciforte WUNDERKAMMER SOAP #7_LE MASSACRE DE PARIS ph. François Stemmer 5

Interview : RICCI/FORTE, Autour de WUNDEKAMMER SOAP #7_LE MASSACRE DE PARIS [Recréation], FESTIVAL ARTDANTHÉ (Théâtre de Vanves).

Inferno : Vous avez participé une nouvelle fois au festival ArtDanthe à Vanves. Que représente pour Ricci/Forte ce festival ?
Ricci/forte : La comparaison avec les nouvelles tendances de l’art contemporain et de la danse que le Festival accueil est pour nous, à chaque fois, salutaire et vivifiante. ArtDanthe est une plateforme vive et riche de stimulations pour quiconque veut s’exprimer avec un battement cardiaque européen.

Inferno : Depuis votre première participation au Festival en 2014, qu’est qui a changé dans votre carrière artistique ?
Ricci/Forte : Nous avons eu la chance, dans ces dernières années, de présenter notre travail un peu partout, en différents pays, européens et pas, notamment en France et en Russie. Nous avons pu faire connaître notre esprit ailleurs qu’à Paris ou en Italie. Nos créations plus récentes sont marquées par une tentative de communiquer de manière plus large. La création pour nous doit aller au-delà des limites territoriales d’une nation, nos nouveaux textes alors parlent des instances artistiques d’une planète en mouvement.

Inferno : Vous avez présenté au Festival ArtDanthe votre création WUNDEKAMMER SOAP #7_LE MASSACRE DE PARIS. Pouvez-nous parler de ce projet ?
Ricci/Forte : Ce projet naît de l’étude des ouvrages de Christopher Marlowe. Il est structuré en sept performances, autant que celles proposées par le dramaturge anglais, qui parlent de la soif de pouvoir et du prix à payer pour l’obtenir. Nous avons décliné le projet en cellules de 29 minutes, reproduites en boucle, plusieurs fois par jour. L’accent est mis sur les corps et les émotions qui s’en dégagent. WUNDEKAMMER SOAP #7_LE MASSACRE DE PARIS, qui raconte le massacre entre Huguenots et Chrétiens de 1500, est revu à la lumière des actes terroristes qui connaissons tous, du Vendredi 13 novembre à Paris.

Inferno : Pouvez-nous parler de ce travail autour du corps ?
Ricci/Forte : Le travail des 25 performers en scène est d’une très forte expressivité physique et émotive. Nous voulions montrer au public une masse indistincte. C’était capitale pour pousser notre public à la réflexion: trop souvent les victimes de massacres sont oubliées et confondues dans une forme indistincte, un véritable sacrifice de guerre. Nous voulions mettre en relief le coté individuel de chaque corps. Derrière chaque acte terroriste se cachent affections, objectifs et désirs balayés. Et le public qui assiste à la performance dans la piscine est projeté vers cette réalité brutale et crue, car ce qui arrive, nous concerne tous.

Inferno : Entre mise en scène et écriture, comment créez-vous vos spectacles ?
Ricci/Forte : Pour nous, tout peut être source de stimulation. Dans le cas du projet Wunderkammer Soap nous avons élaboré une partition qui est reproduite en voix off pendant la performance. Les performers alors agissent sur cette partition avec leur corps, leur physique, à la fois suivant le texte, et au même temps laissant marges à d’amples improvisations.

Inferno : Comment choisissiez-vous vos performeurs ?
Ricci/Forte : Nous n’aimons pas faire de casting. Nous tâchons de sélectionner nos nouveaux camarades d’aventure avec quelques sessions de preuves, d’improvisations. Nous formons des classes et nous travaillons ensemble pour beaucoup de temps. Non pas pour comprendre le talent de nos performers, mais pour saisir leur capacité à se mettre en discussion, à jouer avec eux-mêmes.

Inferno : Votre théâtre joue avec plusieurs médiums. Entre performance, arts visuels et spectacle vivant, vous faites dialoguer les disciplines…
Ricci/Forte : Le monde est en constante évolution, l’art aussi doit faire les comptes avec cette mutation. Le théâtre doit donc se servir de toutes les nouvelles formes d’expression possibles pour toucher au plus profond le public.

Inferno : Que préparez-vous pour la suite ?
Ricci/Forte : Nous préparons un film qui est en phase d’écriture et sera tourné entre France et Italie. Nous travaillons aussi au début d’une oeuvre lyrique avec la fondation du Théâtre Massimo de Palerme et une nouvelle production théâtrale avec le Théâtre Stable de Palerme dans lequel nous affronterons l’univers shakespearien de Troilo et Cressida. Dans l’entre temps, nous continuerons à tourner notre dernière production, réalisée avec le CSS Théâtre d’Innovation du Friuli Venise Giulia et le Festival des Collines Turinoises sur l’univers de Pier Paolo Pasolini : PPP DERNIER INVENTAIRE PREMIER D’INDEMNITÉ DE DÉPART Ce projet sera au Théâtre Carignano de Turin, au Théâtre Argentine de Rome, au Théâtre Lliure de Barcelone et en tournée la prochaine saison.

Propos recueillis par Cristina Catalano

ricciforte WUNDERKAMMER SOAP #7_LE MASSACRE DE PARIS ph. François Stemmer 2

Photos François Stemmer

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN