LIEUX : ANGLADON, UN MUSEE A TAILLE HUMAINE

modigliani la blouse rose 1919

Avignon. Outre le spectacle vivant, la célèbre collection Lambert, son pont et son Palais de Papes, il existe dans cette ville quelques endroits qu’il nous plaît de visiter. Prenez ce musée à taille humaine qu’est Angladon.

Une bâtisse cachée dans une petite ruelle face à la bibliothèque Ceccano, près de la place St Didier… Dans cette maison de ville, outre ces œuvres qui proviennent le plus souvent de collectionneurs éclairés, on voit défiler une histoire de l’art très personnelle. On peut prendre son temps pour apprécier chaque tableau pour l’événement qu’il est dans l’époque où il a été peint. Appréciable lorsqu’on pense aux files d’attente et multiples démarches de réservation des autres musées de par le monde…

Vous trouverez donc au Musée Angladon une très émouvante petite toile de 20 à 25 centimètres de Vuillard qui a attiré notre regard. Cette huile sur carton intitulée « La porte entrebâillée » est formée de mille pointillés de peinture, un dégradé de beiges où l’on retrouve un peu de bleu, un jaune pâle et un vert printanier que vient rehausser une pointe de rouge en bas à gauche, le tout allant du plus foncé au plus clair qui fait de cette toile de 1891 un des attraits de ce musée.

Suit dans la même pièce au rez-de-chaussée des œuvres de Daumier, Sisley, Van Gogh, Cézanne, Odilon Redon… Certes, il n’y en a pas tant qu’au Louvre où à Orsay mais le « Sancho Pancha » de Daumier (1879) ou les études datant de 1885 (huile sur carton, huile sur toile) sur les fameuses danseuses de Degas restent typiques de l’idée qu’on se fait du travail qui fit la réputation des deux peintres… Et ce n’est pas « La repasseuse » aux couleurs très sombres qui traduit bien la dureté du labeur, du même Degas, qui contredira notre attachement à sa vision de la danse au XIXème siècle.

Mais ce qui touche dans ce Musée, ce sont les choix du célèbre couturier Jacques Doucet – immortalisé par Man Ray en 1911 et visible dans le Musée – et les images qui nous restent de toutes ces œuvres naguère installées dans sa maison de la Rue Spontini à Paris.

On regarde avec attention le masque africain, la sculpture du Hibou ou cette huile sur toile « Rose dans un verre » tous deux de Derain (1911). On apprécie à sa juste valeur les portraits à la gouache sur feuille d’or et papier signé en 1917 par Foujita. Au moment de la grande rétrospective qui lui est consacrée au Grand Palais, on ne boude pas notre plaisir de voir « La blouse rose » de Modigliani (1919). Cette collection, cédée en 1993 par Mr et Mme Angladon – Dubrujeaud, héritiers et mécènes du couturier, vaut aussi par son ensemble de Picasso tels « Arlequins » ou « Portrait pour Max Jacob » ou ce tabouret, au design original, signé du Maître en 1923.

Dans cette « demeure d’amateurs d’art », on découvre à l’étage des encres et pigments du Japon et de Chine (1661-1722), mais aussi une « Idylle Champêtre » à la plume et encre brune sanguine, rehauts de blanc sur papier de François Boucher datée de 1755. Qui dit Avignon, dit Vernet, avec trois huiles sur toile – une assez grande et deux petites datées de 1771. On y trouve aussi des œuvres de Charles François Lacroix de Marseille, une scène de chasse de Chardin (1731), une nature morte de Manet (« un lapin » daté de 1866) mais aussi du mobilier, de la vaisselle, un retable du 13ème siècle… Mais à l’étage, c’est sans doute le superbe « Tigre » de Paul Jouve (1925) qui impressionne par son réalisme.

Un Musée qui vaut le détour, une librairie qui propose quelques clés pour comprendre l’époque comme les œuvres qui s’y trouvent… On y est bien, à peine si on regrette de ne pas trouver un petit salon de thé où feuilleter le magnifique catalogue du Musée.

E. Spaé

Image: Modigliani « La blouse rose » (1919), collection Musée Angladon Avignon.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN