JAN FABRE FAIT SON MEA CULPA A FLORENCE

fabre 2

Florence, correspondance.

Jan Fabre fait son mea culpa à Florence

Un mois après l’avant-première au Palazzo Vecchio en plein centre, la consécration de Jan Fabre à Florence arrive à son paroxysme avec une anthologique au Fort du Belvédère perché sur la splendide colline de Boboli. Le maire sortant de Florence Dario Nardella lui a remis en trompettes les clés de la ville et s’est félicité pour la reconversion de la forteresse en musée d’art contemporain. Alors que Florence – QG du Premier Ministre Renzi – intensifie les grands travaux de redéveloppement en prévision des présidentielles de 2017, le maire a joué jusqu’au bout sur la rhétorique du dialogue entre Renaissance et contemporain.

Après Jeff Koons l’an dernier, Florence accueille les sculptures de Jan Fabre en plein centre et sur une place classée historique, Piazza della Signoria, aux pieds du musée des Offices également en travaux. Mais ce rendez-vous annuel avec l’art international ne s’était jusqu’ici pas aventuré au-delà du pourtour du Palazzo Vecchio, siège de la mairie de Florence. L’exposition de Jan Fabre est cette année l’occasion de se répandre quelques mètres de plus sur le périmètre de la place historique, véritable traité de perspective hérité de la Renaissance. La sculpture monumentale Searching For Utopia qui représente Jan Fabre à cheval sur une gigantesque tortue est trois fois plus imposante que la statue équestre de Cosme de Médicis derrière. Au-delà d’une analogie iconographique non exhaustive entre art ancien et art moderne, les proportions ne sont pas respectées bien que le maire nous jure que tout est en règle avec les autorisations.

Contrairement à Jeff Koons, Jan Fabre n’était pas présent le jour de l’avant-première à Piazza della Signoria et a attendu l’inauguration au Fort du Belvédère pour faire sa première apparition publique à Florence. Prudence? C’est ce que je lui ai demandé au cours d’une interview, histoire de mesurer la sensibilité civique des artistes de calibre international qui prennent part à ces projets plus politiques que culturels. Encore une fois il manque à cette nouvelle utilisation du patrimoine italien l’avis des experts historiens et conservateurs, une conscience et une responsabilité réduite ici à une formalité administrative.

Entretien avec Jan Fabre :

Inferno : Vous n’étiez pas là lors de l’avant-première de votre exposition le 15 Avril à Piazza della Signoria: volontairement ?
Jan Fabre : J’étais en Russie, à Saint-Pétersbourg, je travaillais à une exposition à l’Hermitage.

Mais vous vous êtes libéré juste après et avez fait par surprise une laborieuse performance la nuit du 22 Avril à Piazza della Signoria, comme le documente une vidéo ici au Fort du Belvédère. Pouvez-vous nous en parler ?
Oui, l’idée était de traverser la place en rampant comme un ver.

Est-ce une forme d’expiation ?
C’est une forme d’hommage à Florence et à ses grands créateurs, face à eux l’artiste d’aujourd’hui se sent comme un ver.

Pourquoi devriez-vous vous sentir comme un ver ?
Parce que je ne suis rien comparé à Michel-Ange, face aux artistes de la Renaissance on est tous des vers, minuscules. Mais le symbole du ver est aussi quelque chose qui me passionne, j’ai commencé à en dessiner vers la fin des années 70 puis je me suis représenté avec un ver sur le visage dans un travail exposé au Louvre il y a sept ans. Pour moi le ver représente la vie de l’artiste mais c’est aussi ce qui nourrit la terre. Si on élimine les vers, la terre dépérit. Pareil pour la société si on réprime les artistes.

Pensez-vous avoir fertilisé Florence avec cette performance ?
Pour moi il s’agissait seulement d’incarner le ver, la terre a besoin des vers comme la société a besoin de beauté. (…)

Propos recueillis par Raja El Fani

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le numéro 07 d’INFERNO, à paraître le 28 juin.

fabre 1

Photos : 1- Portrait  Salvatore La Spina / 2- Raja El Fani

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN