MONTPELLIER DANSE : DANYA HAMMOUD, « IL Y A LONGTEMPS QUE JE N’AI PAS ETE AUSSI CALME »

" Mes mains sont plus agées que moi " de Danya Hammoud

MONTPELLIER DANSE 2016 – Danya Hammoud.

Il y a longtemps que je n’ai pas été aussi calme, création « trop calme » de Danya Hammoud.

Pour le Festival Montpellier Danse, Danya Hammoud accueillie en résidence à l’Agora, citéinternationale de la danse, nous a présenté sa dernière création, Il y a longtemps que je n’aipas été aussi calme.

Après son trio, Mes mains sont plus âgées que moi qui traitait de la violence, l’artiste libanaise formée au CNDC d’Angers, s’interroge pour sa nouvelle pièce en duo sur l’état de folie, sur « l’être, qui dans cette société est souvent à la limite d’un état de folie, dans un va et vient permanent entre se contenir et déborder (être hors de soi). » Sujet riche a priori que la folie en devenir, qui pourrait prendre le corps, se dévoiler, résister,s’exprimer en biais dans une violence latente.

Reste que le temps passe, et l’entre-deux de la folie cherche une résonance dans le regard du spectateur. Sans écho. Nous restons sans voix sur une représentation esthétique, où la forme des danseurs, leurs positions, se veulent subtiles, certes, maîtrisées par la lenteur, le temps d’attendre qu’il se passe quelque chose, mais que se passe-t-il ?

Un jeu de lumière, un éclairagiste talentueux, Abigaïl Fowler, fort de mettre en valeur les corps, de créer une ambiance joliment épurée et photographique. Néanmoins autour, pas grand-chose. La folie ou plus encore les prémices de la folie dont veut parler Danya Hammoud restent suspendues dans la tête.

C’est justement le regret de cette création, un sujet riche en théorie, certainement pensé, trituré mais qui ne parvient pas à prendre place sur le plateau, qui ne parvient pas à surgir ni à évoluer. C’est une folie atone en quelque sorte qui se manifeste. Non pas que la folie doit être extravagante, ce n’est pas le cas, mais parce qu’ici elle manque de tensions, de caractère. On a du mal à saisir le lien entre les recherches de Danya Hammoud inspirées notamment de Lenz, Wouzeck et Camille Claudel et ce qu’elle donne à voir. La matière dense qu’elle tenait à nous présenter échappe à la sensibilité du spectateur et les deux corps qui coexistent sur scène semblent figés sur un travail d’espace, de lignes, de lumière. Le spectacle demeure silencieux. Et il l’est à la lettre puisque sans musique.

On remarquera cependant l’interprète Carme Torrent, au corps long et atypique, exploité pour ce voyage sur le fil de la folie que l’onvoudrait recoudre de l’intérieur pour être troublé, touché. Coulé en l’occurrence.

Aude Courtiel

Lun. 27 & mar. 28 juin à 18h Studio Bagouet – Studio Bagouet/Agora Festival Montpellier Danse
Chorégraphie : Danya Hammoud – Avec : Danya Hammoud, Carme Torrent – Musique : Cynthia Zaven – Lumière : Abigaïl Fowler

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN