OUVERTURE DU 70e FESTIVAL D’AVIGNON

quehareyocon_1840x1227__5_

70e FESTIVAL D’AVIGNON – 6-24 juillet 2016. Opening.

Le 70e Festival d’Avignon ouvre ce 6 juillet. 3e du nom pour Olivier Py qui le dirige depuis 2014, le festival 2016 inaugurera à midi avec « Le ciel, la nuit et la pierre glorieuse », un spectacle de la Piccola Familia donné aux jardins de la Livrée cardinalice Ceccano. Puis suivront « Ceux qui errent ne se trompent pas » de Maëlle Poesy à Benoît XII, la création du maître des lieux Olivier Py « Prométhée enchaîné », spectacle itinérant tout en sobriété et proximité avec le public, pour enfin ouvrir la Cour d’honneur à 22h avec « Les Damnés » de Ivo Van Hove d’après Visconti…

Cette édition 2016 se veut politique et éclectique, populaire et pointue, singulièrement du côté de la Danse, particulièrement gâtée cette année avec l’invitation de la grande chorégraphe québécoise Marie Chouinard, de l’Anversoise Lisbeth Gruwez pour une création maison, ou encore du Libanais Ali Chahrour…

Un retour fort remarqué est celui d’Angélica Liddell, performeuse hors-normes qui revient enfin à Avignon -où elle nous aura beaucoup manqué ces dernières années- avec une création liddellesque telle qu’elle les affectionne : « ¿Qué Haré Yo Con Esta Espada? » (Que ferai-je, moi, de cette épée ?).

Toujours pour le Théâtre, on nous annonce de belles oeuvres en perspective comme celle du grand Krystian Lupa, mais aussi les créations de Julien Gosselin, de Nicolas Truong, d’Arnaud Meunier, de Thomas Jolly ou encore de Madeleine Louarn dont le travail est tout à fait remarquable et singulier.

On ne saurait manquer le désopilant Raoul Collectif, comme on ne ratera pas non plus cet autre collectif d’Athènes, le Blitztheatregroup, avec une création purement visuelle autour des poèmes d’Hölderlin…

Une édition 2016 qui s’affirme donc très engagée, telle qu’Olivier Py l’affiche en convoquant de nombreux textes forts sur l’impuissance politique devant la montée des nationalismes et des replis identitaires ou religieux. Pour conforter son axe, Py a invité des artistes des scènes proche et moyen-orientales, de Beyrouth à Téhéran, en passant par Haïfa ou Damas.

Pour autant, on n’oubliera pas ces petits bijoux de programmes courts qui font tout le sel d’Avignon, « petites » formes en durée certes, mais souvent excellentes et fortes, où découverte rime avec proximité : « Les Sujets à Vif » , « XS » , ou encore dans le registre des idées et de l’échange, « Les Ateliers de la Pensée »…

Pour finir, soulignons la venue exceptionnelle de l’excellent Adel Abdessemed pour une exposition à l’église des Célestins, artiste invité de cette 70e édition et qui en a d’ailleurs conçu l’affiche.

Enfin, comme chaque année, Inferno suit la totalité du festival avec ses envoyés sur place, et relaiera au quotidien du 6 au 24 juillet critiques et interviews sur : http://www.inferno-magazine.com.

En juillet, Avignon est une fête ! Profitons-en, et puisse qu’elle perdure !

Marc Roudier

photo copyright Cie Angélica Liddell

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN