PHILIPPE RAMETTE, GALERIE XIPPAS PARIS

pphilippe-ramette-a-contre-courant-hommage-a-buster-keaton

Philippe Ramette – Galerie Xippas Paris – 20 octobre – 19 novembre 2016.

Explorateur des limites physiques et surtout mentales, inventeur d’un univers fantastique et souvent absurde, Philippe Ramette poursuit ses recherches par le biais de ce qu’il appelle des « sculptures à réflexion ». Avec un humour allant jusqu’à l’autodérision, il met en scène l’audace et l’inhibition, le rêve et la peur, l’illusion et l’héroïque. Philippe Ramette se définit comme un artiste pour qui la sculpture, la photographie ou le dessin sont des matérialisations possibles du processus mental.

Pour sa cinquième exposition à la galerie Xippas à Paris, Philippe Ramette poursuit ses explorations, en se penchant sur la question du statut de l’artiste, avec un ensemble de nouvelles sculptures réalisées en 2016.
Une des pièces principales de l’exposition, La sortie des artistes propose une réflexion sur la fonction de l’artiste, l’artiste entrepreneur au service d’un produit. Présentant une porte sur une estrade donnant sur un cul de sac, l’œuvre invite à éprouver physiquement la sortie de l’artiste, mais tout en obligeant à rebrousser chemin. Comme souvent chez Ramette, le jeu de mots et le décalage entre le titre et l’œuvre sous-entendent une deuxième, voire une troisième lecture ; ainsi une déception peut se transformer en un élan optimiste.

Dans la même lignée, l’Eloge du pas de côté, aux aspects hyperréalistes, reproduit précisément les traits et la silhouette de Philippe Ramette et offre un regard détaché sur son auteur. L’œuvre invite à se décaler, à mettre un peu de distance pour accéder à un angle différent, afin de mieux revenir à sa place. De par sa petite taille, inédite dans son travail, cette pièce fait référence à la sculpture de « cheminée », tout en continuant une des réflexions chères à Ramette, celle autour de la question du socle.

Sculpteur avant tout, Ramette propose des références volontairement classiques, notamment par le biais de l’utilisation du bronze. Le désir de ne pas s’enfermer dans le medium s’exprime par l’utilisation de différents matériaux (bois, laiton, résine, bronze) rassemblés dans cette nouvelle exposition, et contribue à la quête sur le processus de création. Une œuvre à part, dépourvue d’une fonction explicite, Vanité en cours est une sculpture en bronze relevant de l’entre-deux : un moulage de la tête de l’artiste et d’un crâne. « Vanité vaniteuse », l’œuvre donne à voir une frontière fluide entre les deux états de l’être, l’énergie de création prenant le pas sur la disparition.

Poursuivant sa réflexion, avec Ego portable, Philippe Ramette propose au spectateur de se mettre à sa place. Tel un cliché de l’artiste, ce masque réfléchissant fait à partir d’un scan de son visage, s’inscrit dans la continuité de ses œuvres précédentes telle que Le cerveau réfléchissant (2002).

Encore plus prononcée dans ses dernières œuvres, la présence physique de l’artiste, sans en être le portrait, dérive du caractère performatif de son travail, où tout objet a une utilisation potentielle, l’artiste en étant le premier démonstrateur. Ces objets aux fonctions improbables contiennent une activation potentielle et invitent au passage à l’acte.

Toujours dans le jeu entre le langage et le visuel, la sculpture l’Eloge du passage à l’acte, un moulage de la main de l’artiste avec un poil qui a été coupé, inverse le sens de l’expression « avoir un poil dans la main » et tend ainsi à briser la symbolique de l’œuvre. Avec l’Eloge de la réflexion, Philippe Ramette pousse encore plus loin la matérialisation de la métaphore en présentant un cerveau qui s’envole mais que des cordes cherchent à retenir.
À travers l’Espace VIP individuel, l’artiste détourne l’esprit élitiste et propose à des « utilisateurs potentiels » de s’isoler dans un élan d’auto-célébration. Ces réflexions sur le contexte social actuel, sur le monde du « bling-bling », s’inscrivent dans son approche du politique dans un esprit quasi kafkaïen, toujours présent dans son travail. De même, Prothèse à geste faisant référence aux Prothèse à dignité / Prothèse à humilité (1992), sorte d’appareils de rééducation, invite le spectateur à tendre la main dans un geste social d’ouverture vers l’autre et vient contrebalancer l’humour parfois grinçant.

Autant dans la dimension personnelle que politique, le monde de Philippe Ramette, construit sur le jeu des mots et les contradictions, vu à travers l’absurde frôlant la naïveté, évoque une réalité où tout est finalement possible.

Philippe Ramette est né en 1961. Il vit et travaille à Paris. Plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées récemment en France et à l’étranger, notamment au Centre régional d’art contemporain, Sète, France (2016), à l’Espace Malraux, Chambéry (2016).

Philippe Ramette, A Contre-Courant (Hommage à Buster Keaton, utilisation), 2008, Photographie: Marc Domage, Courtesy Galerie Xippas © Philippe Ramette, ADAGP, Paris.

Comments
One Response to “PHILIPPE RAMETTE, GALERIE XIPPAS PARIS”
  1. irene tetaz dit :

    ce travail me ravive en mémoire celui de heinrich lueber, performeur étonnant…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN