WAJDI MOUAWAD, « LES LARMES D’OEDIPE », LE GRAND T NANTES

oedipe-grand-t

Wajdi Mouawad – Rétrospective sur Les Larmes d’Oedipe – Théâtre du Grand T, Nantes -Octobre 2016.

Suite à la l’écriture de L’inflammation du verbe vivre et Les Larmes d’Oedipe, deux pièces publiées par Acte Sud en 2016, Wajdi Mouawad inspiré de son obsession pour Sophocle, de son voyage en Grèce, du décès de son ami poète Robert Davreu, livre au Théâtre du Grand T les pièces dilatées du puzzle de ses tragédies.

La tempête éclate sur le rideau rouge du théâtre, naissent deux formes égarées, indomptables, Œdipe et Antigone, témoins intemporels des désordres humains. Œdipe cherche un lieu ou mourir soutenu par Antigone. Ils s’arrêtent accueillis dans un théâtre de l’actuelle Athènes en feu, en crise et en colère. Un étranger survient, Coryphée, il emmène avec lui le chant de la ville en deuil qui pleure l’assassinat d’un adolescent, Alexandros Gregoropoulos tué par la police.

Les filtres de lumière dansent entre la voie et les mots désossés, les fantômes prisonniers du théâtre des hommes.
Les trois spectres vivants confinent le spectateur dans une proximité inquiétante. La présence au départ de leurs voix comme d’une imposture, nous secoue, imitant la tempête, les mots, camisoles des êtres, ébranlent nos costumes, ils sont forts, ils sont indescents, injustes, palpables, incohérents, ils sont notre époque et celles d’avant.
Lorgnant ce théâtre qui se cache du spectateur, qu’on aperçoit à travers un rideau de couleur, se dessine le tableau des invisibles, la silhouette fatiguée de notre époque.

Wajdi Mouawad compose à l’aide de la morsure de son voyage en Grèce et de ce violent amour qu’il éprouve pour son époque un théâtre d’ombre et de lumière.

Truqué dans son assise le spectateur gourmand s’émerveille, se glisse dans l’appendice un accord que l’on n’avait pas contracté, un cri. Les avis extrêmes se propagent dans la salle, de toute façon on ne reste pas que spectateurs et ce lieu n’est qu’un théâtre ?

Claire Burban

Crédit photo : Les Larmes d’Oedipe – Le Grand T

Comments
One Response to “WAJDI MOUAWAD, « LES LARMES D’OEDIPE », LE GRAND T NANTES”
  1. J’ai hâte de voir cette pièce !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN