« BESTIE DI SCENA », LE THEÂTRE MIS A NU D’EMMA DANTE

Bestie di scena (Bêtes de scène) – Un spectacle de Emma Dante – Théâtre du Rond Point.

« La première qualité d’un acteur est sa générosité, son sacrifice, sa reddition. Sans le sacrifice de soi, sans l’offre de sa propre beauté et de sa propre misère, il n’y a pas d’acteur et donc il n’y a pas de théâtre. »
Emma Dante

Après Avignon 2017, Bestie di scena arrive au Théâtre du Rond Point. Fidèle à Emma Dante, depuis des années, ce théâtre nous offre régulièrement l’opportunité d’assister aux multiples émotionnantes créations de la metteuse en scène italienne.

Pulsions humaines, chair et sang, amour et sentiments, les pièces d’Emma Dante sont passionnelles et intenses. Les acteurs, souvent les mêmes d’une création à l’autre, débordent d’énergie italienne (on ressent toute la passion des origines siciliennes d’Emma Dante) et pour se faire, les dialogues sont souvent riches, vigoureux et frétillants.

Toutefois, avec Bestie di scena, Emma Dante nous surprend par un nouveau format. Son public averti et connaisseur remarquera vite la différence car cette création tient plus à la danse contemporaine qu’au théâtre. Le corps et le mouvement occupent toute la place, donnant vie à un langage universel, atemporel. Il s’agit surtout du corps de l’acteur qui est littéralement mis en scène, exposé, exhibé. Qu’est ce qu’un acteur ? Jusqu’où peut-il aller ? Où est la limite entre le jeu et la vraie vie?

Sans artifice, sans décor, la scène du Rond Point est dépourvue de tout ornement et fait écho à la nudité des quatorze comédiens. C’est l’acteur qui devient le centre de notre regard, un sujet unique à observer et à analyser. Emma Dante nous raconte ce qu’est le travail d’un acteur, ses efforts, ses pulsions, ses souhaits, sa capacité à lâcher prise, à s’abandonner jusqu’à perdre toute honte.

C’est peut-être le prétexte pour qu’on assiste alors au spectacle de la bestialité humaine. Le groupe interagit, répond, invente et surtout devient créateur sous les multitudes sollicitations qui lui sont adressées sur scène. Les acteurs sont surpris autant que nous, ils semblent, ils découvrir objets et situations tout comme le public voyant la pièce pour la première fois. Ce sont des pièges, des incitations, des invitations à l’action que les quatorze acteurs accueillent, nous offrant ainsi toute la beauté animale qui est propre à l’être humain.

Le corps est nu car déshabillé mais aussi mis à nu par notre regard de spectateur, par notre curiosité. Nous attendons impatients que les acteurs se livrent au public avec leurs réactions, leurs résistances, leurs transformations. Cette nudité disparaît tout au long de la pièce et elle devient presque un costume de scène. Puis, petit à petit, il semblerait que chacun d’entre eux trouve son personnage, son masque, avec ses gestes, ses attitudes. Son personnage surgit et s’exprime d’abord en solo, sous le regard suspect et surpris des autres (et du public), puis au sein du groupe. Il est enfin reconnaissable par le groupe et par le public. Encore une fois, comme dans la vraie vie, la recherche d’un rôle à jouer, une manière pour être indentifiable parmi les autres. C’est rassurant et mortifère. Serait-ce la fin de la créativité pour un acteur ? La fin de la recherche, de la mise en question ?

Emma Dante nous met en garde : « Le pire défaut de l’acteur, c’est sa paresse, son indolence, sa tendance à faire confiance au talent qu’il possède depuis sa naissance, pour pouvoir s’endormir paisiblement. Le talent n’est rien s’il n’est pas appliqué, entretenu, nourri et exploité pour une finalité plus noble que la simple exhibition de soi. ».

Cristina Catalano

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN