FESTIVAL D’AVIGNON : « OVNI(S) », OBJET NON IDENTIFIABLE

FESTIVAL D’AVIGNON 2018. « OVNI(S) » – Jérôme Game / Collectif Ildi ! eldi – Festival d’Avignon 2018 du 7 au 11 juillet à 15h00 au Théâtre Benoît XII.

Pas de décor sur la scène du théâtre Benoît XII si ce n’est quelques ustensiles posés sur les côtés, deux rouleaux de scotch, une sorte de tente et autre bric-à-brac et des comédiens qui déambulent à vue comme pour procéder à quelques ultimes réglages. Nul doute que le Collectif Ildi ! eldi va, durant près d’une heure et demie, nous présenter son travail de recherche artistique sous la forme d’un faux-semblant de spectacle en cours de construction.

En montant « OVNI(S)», la pièce de théâtre d’Ivan Viripaev, le Collectif Ildi ! eldi, avec un travail du texte par Jérôme Game, s’est attelé à nous délivrer de la façon la plus simple et la plus épurée ces témoignages de personnes persuadées d’être entrées en contact avec des extraterrestres. Le collectif a ressenti dans ce texte la possibilité pour eux, et donc pour chaque spectateur, de réfléchir à sa relation à l’invisible.

Chaque comédien endosse tour à tour un rôle, celui de ce « geek » programmateur de jeux vidéos, fumant quelques joints de temps en temps et persuadé lui aussi qu’une nuit, sur son balcon, s’est produit cette rencontre inattendue ou, autre lieu autre temps, celui de ce jeune homme qui, pour ce ressourcer, va dans la forêt embrasser les arbres pour capter une sorte de force tellurique. Une multitude de témoignages qui ont comme point commun le loufoque et la simplicité, voilà bien le problème car, même si l’imagination du Collectif est grande, le texte paraît bien plat, morne et monotone et la répétition systématique suivant le même rituel finit par lasser malgré quelques instants de poésie.

Autant une mise en scène simple, candide et lunaire, supportée par des idées fortes, peut faire adhérer même les plus récalcitrants, autant celle-ci, sans le support du texte, de quelques idées fondatrices ou a minima de rebondissements, peut s’avérer à la longue d’un ennui mortel.

On peut rire la première fois, peut-être sourire la deuxième mais sûrement bailler ensuite, avec de temps en temps un léger rictus peut-être simplement dû à la crispation de nos zygomatiques. Sans nullement remettre en cause le talent évident des comédiens du Collectif Ildi !eldi il est évident que travailler à partir du quasi-néant peut s’avérer compliqué.

Pierre Salles

Photo C. Joppenheim

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN