« LES IDOLES » : EN HOMMAGE, PESTER AVEC PANACHE ET POESIE…

« Les idoles » – mise en scène Christophe Honoré – actuellement en tournée en France.

Une rue entre Rennes, Nantes et Paris où se rencontrent la voix de Christophe Honoré et celles de ses comédiens, ses fantômes. Cette pièce fait partie de la trilogie composée du roman Ton père et du film Plaire, aimer et courir vite.

Sur scène, Youssouf Abi-Ayad, Harrison Arévalo, Jean-Charles Clichet, Marina Foïs, Julien Honoré, Marlène Saldana et Teddy Bogaert incarnent les pages ou les pellicules incrustées dans le crâne de leur metteur en scène.

Hanté par sa passion dévorante et ses absents, ses morts du SIDA, Christophe Honoré essaie de se consoler de cette séparation en partageant leurs et son histoire, sa rencontre avec eux, ses Idoles : Bernard-Marie Koltès, Cyril Collard, Serge Daney, Hervé Guibert, Jean-Luc Lagarce et Jacques Demy.

C’est l’admiration adolescente d’une époque et le cri d’un Munch qui s’indignent contre le manque que lui a créé cette maladie. Il témoigne de l’apparition d’une affection et des doutes, des craintes, des stigmates et des réactions qu’elle suscite, socialement et politiquement.

La littérature, la tendresse, la sexualité et les crêpes aux beurres, tout y est, sans retenue. Christophe Honoré veut nous faire partager ce qu’il aime, veut nous faire aimer. Cela transpire et ça s’infiltre, peu importe le moyen. On s’engouffre dans les danses frivoles et l’on s’échappe dans l’œil de la caméra qui maîtrise ses apartés. Tous se rencontrent en paradant autour de leurs tombes.

C’est ce que propose cet écart temporel. Sur le plateau on devine les désirs assouvis de l’admirateur inconsolable, on retient un peu l’empreinte de ses êtres fétiches dans l’espoir de sauvegarder une vision frivole et versatile de la vie, en crachant à la gueule du SIDA qui leur a tous coupé la parole.

Pester avec panache et poésie, traduire un sentiment d’enthousiasme à la vie, à l’art, au cinéma, à la littérature.

Rendre hommage et garder l’odeur de ses peaux de papiers ou de ces salles sombres de cinémas. Voici les bijoux que Christophe Honoré porte en couronne, rien ne sert de les laisser enfermés dans leurs écrins.

Claire Burban
Vu au TNB Rennes

Prochaines dates :
Poitiers, TAP, du 12/12/18 au 14/12/18
Paris, Odéon-Théâtre de l’Europe, Du 11/01/19 au 01/02/19

Photo © Jean-Louis Fernandez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN