CRISE SANITAIRE : ENTRETIEN AVEC OLIVIER PY

ENTRETIEN. Olivier PY, Directeur du Festival d’Avignon – entretien réalisé pour notre dossier « Au Sud, en crise sanitaire ».

INFERNO a décidé en juillet dernier de dresser un état des lieux provisoire de la Culture au Sud, au moment où la crise sanitaire a durement impacté le secteur culturel sur un territoire traditionnellement terre de festivals. Ainsi, dans cette série d’entretiens avec des directeurs de structures, des artistes, des élus, nous nous employons à porter un regard sur l’ampleur de cette crise qui a dévasté le milieu culturel et continue hélas de le faire…

Inferno : A propos de l’annulation du Festival d’Avignon suite à la crise du coronavirus et au confinement, quelles sont les conséquences ?
Olivier Py : Cette annulation était nécessaire et demandée par le gouvernement. Heureusement, il n’y a pas de conséquences financières pour le Festival. Nous avons obtenu l’ensemble des subventions de nos tutelles et avons ainsi réussi à indemniser tous les artistes et techniciens. Donc la situation n’est pas difficile sur le plan financier pour le Festival, mais pour la ville et le territoire cette annulation est catastrophique. C’est une très mauvaise nouvelle pour l’économie locale et on ne sait pas où l’on va.
La question se pose à propos du public : nous espérons le retrouver l’an prochain, mais nous ne sommes pas sûrs (au moment du recueil de cet entretien n.d.l.r.) que la pandémie soit finie. Prenons rendez-vous au printemps prochain pour voir comment les choses sont envisageables.

Comment le Festival a-t-il réagi au confinement et quel rebond pour cette année en juillet ?
Rapidement, pendant le confinement, nous avons mis en place « Un rêve d’Avignon » qui a eu lieu en juillet. Ce format nouveau et inédit pourrait être pérenne car, avec France Télévision et France Culture, on a vu que l’on pouvait doubler la programmation présentielle d’une programmation sur les écrans et sur les ondes. Cela a ouvert des perspectives. Donc j’espère qu’à l’avenir il y aura davantage de spectacles prévus de façon numérique. Cela ne remplace pas un festival, ni un lever de rideau bien sûr, mais si les audiences ne sont pas trop basses, on pourra sans doute convaincre nos partenaires radio et télévisuels de continuer cette aventure.

Qu’est-ce que la « Semaine d’art en Avignon » qui se tient fin octobre 2020 ?
Le titre « Semaine d’Art en Avignon » pour cette édition pendant les vacances de la Toussaint, je l’ai proposé assez vite car c’est le premier nom donné au Festival par Jean Vilar. C’est en quelque sorte un retour à l’origine. En 1947, à la demande de René Char et du critique d’art Christian Zervos, Jean Vilar a créé une « semaine d’art dramatique » en Avignon. Les deux premières années, la programmation était pauvre, il n’y avait que trois spectacles, un dans la Cour, un dans les jardins et un au théâtre municipal.

Cette année, c’est un clin d’œil aux origines avec la tenue de sept spectacles (trente-cinq représentations en tout) qui seront présentés en Avignon. Nous n’avons pas eu à choisir, il fallait que les spectacles soient créés. À cause du confinement, beaucoup d’artistes n’ont pas pu répéter. Il fallait aussi que les compagnies soient libres à ces nouvelles dates. Je pense que c’est une bonne idée que cette édition d‘octobre devienne pérenne et se tienne en plus du festival de juillet. Ce n’est pas inenvisageable pour le 75ème festival. Les spectacles se joueront tous en intérieur, la Cour du palais des papes ne sera pas montée.

Un mot sur le 75ème Festival ?
Oui, j’y travaille d’autant plus qu’un cinquième des spectacles sera des héritiers du 74ème Festival. Je dévoilerai le thème du Festival de 2021 en mars prochain seulement.

Sur le volet politique, quelles sont vos impressions sur la nouvelle Ministre de la Culture ?
Roselyne Bachelot a peu de temps, un paysage détruit et un chantier énorme de reconstruction à mener. Après, elle a des qualités personnelles certaines, c’est une grosse travailleuse, elle aime la culture, et connaît également bien le monde politique et technocratique, ce qui est important. On verra quand les arbitrages budgétaires seront sortis si elle est arrivée à se battre contre les « méchants de Bercy ».

Quelles sont vos attentes sur les États généraux des Festivals ?
L’idée est de réunir les responsables des Festivals pour un week-end de travail la première semaine d’octobre. C’est inédit car les Festivals ne se réunissent jamais. Il existe certes France Festival, mais on est assez en demande de réunions. Ces États généraux seront organisés en ateliers pour faire l’état de la situation et remettre des doléances à nos tutelles.

Seront présents tous les festivals, pas seulement les festivals de théâtre mais aussi les festivals de musique, de la rue, de marionnettes. Les maires ou les responsables des collectivités territoriales seront là aussi, je le souhaite –on ne le sait pas encore, les cartons d’invitation ne sont pas partis. J’ai proposé à la Ministre qu’il y ait aussi les petits festivals, qui font le maillage culturel du pays. C’est important qu’on entende leurs voix et aussi qu’il y ait des hommes politiques, notamment du niveau local, car ils font un travail extraordinaire sur la culture. Il y aura aussi sans doute des services de l’État, des Commissaires aux comptes, je ne sais pas. Ce serait bien qu’il y en ait. Mais je pense qu’il faut qu’il y ait les services techniques et financiers de l’État, c’est nécessaire. C’est l’État qui est la puissance invitante, et je suis ravi que cela se passe à Avignon.

Propos recueillis le 13 juillet 2020 par Colombe Warin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives