RUDY RICCIOTTI / MANIERISME

MANIERISME
…il vocifère, il faut s’y faire…

Il est question de survie et d’appétit. En vrac l’architecture snobée par les critiques, les étudiants snobés par leurs professeurs, les professeurs trompés par leurs femmes, puis l’épuisement européen, l’exil de la beauté, la fin de l’homme blanc, la doctrine de la pastèque, le minimalisme comme nouveau Félibrige… Du latin « Fellare », l’art de sucer le sucre, l’impérialisme anglo-saxon, l’architecture « lounge », la couleur fluo, le dampalon, le méthacrylate, la savonnette sous emballage plastique souple, le design comme ressource spirituelle, l’éloge du banal et de l’ordinaire comme lutte des classes, le minimalisme encore comme ultime pornographie, sport et culture, contrition et cynisme, révolution et sardine, démocratie et poutargue, république et fenouil, Islam et Gotainer… Enfin bref, notre nouvel horizon métaphysique ! Il faut faire avec, quel leurre est-il si ce n’est le moment du pastis car l’hostie a du goût. Une seule voie, une seule réalité, un seul avenir, une seule croyance, une seule sexualité, une seule expression, une seule compression, une seule compassion, un seul projet… Bombarder, bombarder Marseille pour faire un exemple et se bombarder soi même pour respirer un peu, ou dit plus modestement, raser les montagnes pour que l’on voit la mer. Arthur Cravan pesait 110kg quand il était le poète boxeur qui snobait par ses muscles Marcel Duchamp. Les retables de Séville, d’or total nous culpabilisent de ne pas croire en Dieu et nous laissent dubitatifs quant à l’œuvre d’Yves Klein. Seul résiste le Maniérisme, synthèse des savoirs, véritable masse musculaire apte à encaisser la colonisation de la morale architecturale. Le maniérisme, intuition politique augmentée de l’idée de bien faire quand on n’a plus d’idée, ou quand l’idée elle-même est coupable. Le maniérisme accumulateur de savoirs et défenseur des métiers, ces métiers dont nous avons besoin, nous architectes, car ils sont socialement structurants. Le maniérisme, permettant de refuser les voyages neuroleptiques de l’art comptant pour rien ; est une ultime radicalité encore porteuse de sens. Le maniérisme pour refuser la taxe puritaine de la modernité. Le maniérisme comme bouclier fiscal devant cette modernité pathétique dont l’autisme inlassable… confine à la terreur. Et puis en gros, en finir à la grenade avec les stupéfiants du type convivialité et pelouse pour rêver un concert d’Alan Vega du groupe Suicide sur un porte-avion russe en buvant un Americano maniéré dans le cockpit ouvert d’un Sukhoï 27. Mieux vaut le sourire sadique de Maradona que le sourire sardonique de la Joconde.

Rudy Ricciotti

1 : du poète Julien Blaine (1993)

Rudy Ricciotti : Architecte, Grand Prix national de l’architecture, Rudy Ricciotti est l’archétype d’une génération d’architectes qui allient puissance de création et véritable culture constructive. Basé à Bandol, il s’affiche comme le militant du combat contemporain sur des terres dominées par le régionalisme néo-provençal. Auteur de réalisations marquantes en France, avec notamment le Centre chorégraphique national d’Aix-en-Provence, il a également su gagner une stature internationale, comme en témoignent ses œuvres en dehors de nos frontières : passerelle pour la Paix à Séoul ou le Nikolaisaal de Potsdam en Allemagne. Fort en gueule, Rudy Ricciotti ne conçoit pas son métier sans une implication citoyenne et parfois radicale de l’artiste dans sa société. A l’instar de ses ouvrages qui sont toujours une affirmation concrète de ses prises de position d’artiste, ses interventions et collaborations sont pour lui l’occasion d’affirmer haut une pensée citoyenne forte, anti-conformiste, une pensée libre qui s’affiche comme telle.


le MUCEM à Marseille

Principales réalisations :
2012 MUCEM, Marseille
2011 Pavillon Blanc Médiathèque et Centre d’art contemporain, à Colomiers
Musée Mémorial du camp de Rivesaltes, à Rivesaltes, Pyrénées-Orientales
Musée Cocteau – collection Severin Wunderman, à Menton
Salle de spectacle / Freyming-Merlebach
2010 Pôle culturel Grammont, à Rouen
Auditorium symphonique « Les Arts Gstaad » Suisse
Centre International d’Art et de Culture de Liège, Belgique
2007 : Stade Jean Bouin Paris
2006 Centre chorégraphique national d’Aix-en-Provence, intitulé par Ricciotti « le Pavillon Noir »
2000 Salle de concert Nikolaisaal concert hall 2000 angle corner York str, Wilhelm Strab str., Potsdam, Berlin
Restructuration de l’Hôtel de Caumont, Avignon
Passerelle de Séoul, Corée
Restructuration de l’abbaye de Montmajour
Salle de concert philharmonique Nikolaisaal de Potsdam
Réaménagement du Centre National de la Photographie, Paris
1999 « Musée des Arts Premiers » Quai Branly, Paris
1994 Salle de rock du « Stadium de Vitrolles »

Publications(sélection) :
Le maire, l’architecte & la bibliothèque / Ed. Al Dante
La Maison de l’emploi de Saint-Etienne /Ed. Al Dante
Architecture émotionnelle /Ed. BDL la Muette
Pavillon noir / Ed. Alinea
HQE / Ed. Alinea

RETOUR AU SOMMAIRE DU DOSSIER 70’s
OU RETOUR A LA UNE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives