ROME : SIMON HANTAÏ A LA VILLA MEDICIS

489-large

ROME : SIMON HANTAÏ, rétrospective à la Villa Médicis / Jusqu’au 11 mai 2014.

Jusqu’au 11 mai 2014, l’Académie de France à Rome – Villa Médicis présente, pour la première fois en Italie, une exposition consacrée à l’un des plus grands artistes de la seconde moitié du XXe siècle, le peintre Simon Hantaï.

Programmée six ans après le mort de l’artiste, cette exposition, dont le commissariat est assuré par Éric de Chassey, est conçue et réalisée en collaboration avec le Centre Pompidou. Elle prolonge la rétrospective qui s’y est tenue, du 22 mai au 2 septembre 2013.

Quarante de ses œuvres de formats divers, réalisées entre 1958 et 2004, seront présentées dans les Grandes Galeries de la Villa Médicis. La rétrospective se divise en deux parties liées par un ensemble de petits tableaux qui permettent de reconstituer le parcours de l’artiste dans les années 1960-1970.

Le premier volet se concentre sur deux tableaux-phares de Hantaï, Peinture (Écriture rose) et À Galla Placidia (1958-1959), précédés par les tableaux recouverts de petites touches ou d’écriture, et suivis par des œuvres reposant exclusivement sur le pliage, telles que les premières Mariales, réponses de Hantaï à Matisse et Pollock.

Le second volet de l’exposition permettra de découvrir la série des Tabulas, réalisées par Hantaï entre 1974 et 1982, qui précède les Laissées (1981-1994). Ces dernières sont le résultat de la décision radicale de Hantaï de se retirer du monde de l’art et de lancer un défi à la peinture, qui passa notamment par la destruction ou le redécoupage de ses tableaux antérieurs. L’exposition se conclut par les derniers travaux d’écriture, en correspondance avec la philosophie, et des œuvres de la série Pliages à usage domestique, pour la plupart inédites, où l’artiste revient sur quelques-unes de ses intuitions de jeunesse. Leur présentation en regard de quelques tableaux du début des années 1950, permet de souligner leurs liens avec la recherche artistique de Marcel Duchamp. Elle se poursuit avec une œuvre qui n’avait pu être présentée à Paris, la grande Mariale conservée par les Musées du Vatican, entourée de tableaux monumentaux de la première série des Mariales (1960-1962).

Simon Hantaï, né en Hongrie en 1922 et mort à Paris en 2008. Après un séjour d’un an en Italie, en 1948, il émigre en France, où il rencontre André Breton. Proche à ses débuts du surréalisme, Hantaï s’en éloigne dans les années 1950 pour développer un travail abstrait. Simon Hantaï est reconnu comme le créateur de la technique du “pliage comme méthode”. Il a représenté la France à la Biennale de Venise de 1982. Le Centre Georges Pompidou a consacré deux rétrospectives à Simon Hantaï, en 1976 et en 2013. Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris possède une importante collection de ses œuvres.

811805

hantai_02_1390571565_b922af3b0d

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives