HENRIQUE OLIVEIRA, « FISSURE », GALERIE VALLOIS PARIS

1_henrique_oliveira

Henrique Oliveira, Fissure / Galerie Vallois, Paris / 19/10/15 – 28/11/15.

Henrique Oliveira fait surgir d’étranges formes organiques, à partir de bois de « tapumes », matériau récupéré des chantiers de des villes brésiliennes. Ses sculptures hybrides sont d’une telle fluidité qu’elles évoquent la vie et le mouvement. Ses œuvres monumentales ramifiées font corps avec l’architecture. La chair du bois souple se joint avec les éléments de construction. Ainsi, ses structures prolifiques symbolisent le développement de l’urbanisation et ses risques.

Bien connu pour son installation Baitogogo au Palais de Tokyo, celle au domaine de Chaumont-sur-Loire et présenté actuellement à la FIAC hors les murs, Henrique Oliveira, pour son exposition « Fissure », a investi l’espace de la galerie Vallois. Il a osé s’emparer des murs, créant des fissures, des boursouflures et des traces, sortes de moisissures. De près, le spectateur peut remarquer une curieuse matière ; un parasite a comme rongé l’espace. La nature semble avoir repris ses droits sur l’architecture.

De vieux meubles, dans une surprenante position, occupent la galerie et intriguent le visiteur. Inutilisables, ils ont subi une singulière transformation : la matière naturelle les aurait dévorés ou compressés. Ce processus, arrêté, paraît toujours en cours. Le spectateur se retrouve alors plongé dans une ambiance onirique, une étrange maison, marquée des effets d’un événement, possible catastrophe ou bien dans un incroyable paysage. Des dessins complètent ce projet et montrent une métamorphose de l’architecture par le végétal et rèvèlent la force de la nature.

Cette exposition invite le spectateur à prendre le temps d’explorer un lieu mystérieux. C’est l’occasion de saisir la richesse et la complexité d’un travail sur la matière et sur l’espace. Henrique Oliveira trouble ainsi les habitués des expositions des galeries.

Pauline Lisowski

Henrique Oliveira, Vue de l’exposition « Fissure », Photo : Aurélien Mole

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN