« GRIMLY HANDSOME », BIZARRERIE MACABRE DE NOËL

Londres, correspondance.
« Grimly Handsome », de Julia Jarcho, co-créé par Chloé Lamford et Sam Pritchard, Royal Court Theatre, Londres – jusqu’au 23 décembre 2017.

Si le Royal Court Theatre est surnommé le théâtre des écrivains contemporains, il n’en est pas moins celui des recherches esthétiques et formelles. « Grimly Handsome » en fait partie.

Suivez les panneaux et les sapins de noël pour trouver l’entrée de la pièce, le tout sur fond de bande-sonore pleinement festive et vin chaud aux épices festives. Le spectacle prend place dans les salles de répétitions, ou ateliers, et l’ensemble est serti dans l’écrin d’une exposition artistique à l’esprit d’un noël à l’étrangeté Lynchienne. Taxidermie, chambre d’enfant au lit accroché au plafond et la commode au mur, explosion de noël de paillettes et de guirlandes, panneau indiquant « regardez la vue » et donnant sur le métro, et, dans l’arrière-cour, deux hommes à l’air louche et en tenue de décontamination, fumqnt une cigarette, une scène de crime aux preuves parsemées le long des murs, une salle vitrée dans laquelle une femme se tient tel un suspect en garde à vue, autant de vitrines représentant l’excentricité de la pièce, le parti-pris d’une bizarrerie délicieusement rance. Une collaboration réussie pour Chloé Lamford, entre autres, scénographe pour Katie Mitchell et Sam Pritchard.

« Grimly Handsome » se déroule donc durant les festivités de fin d’année. Différentes histoires des bas-fonds d’une ville américaine. Deux vendeurs de sapins, Alesh et Gregor, tuent chaque année une jeune femme, ailleurs, des policiers enquêtent sur « l’éventreur de noël », une de leur amante se transforme et des pandas roux survivent dans des terrains vagues, immeubles laissés à l’abandon. Contes des bas-fonds de la ville aux thèmes sordides, entre dysopie et ville violente fantasmée, Grimly Handsome se révèle un rêve éveillé et souligne l’étrangeté du monde. A ces thèmes graves et personnages particuliers se heurtent un humour macabre, non sans rappeler l’étrangeté de Twin Peaks ou encore l’humour noir de Fargo, aux personnages incarnés par un trio de choc du délicieux Alex Beckett à la corrosive Amaka Okafor en passant par Alex Austin. D’autant que les acteurs endossent différents rôles, pas moins de dix personnages en tout, radicalement dissemblables, dans cette mise en scène hors norme, proche de la performance. Un joyeux fatras, empilement d’intrigues, tout à la fois glaçantes, dont le spectateur ressort avec autant d’interrogations et d’embryons de réflexions.

Le choix de dérouler l’action en partie en hors-scène est prégnant et interpelle le spectateur sur sa façon de voir le spectacle. Plusieurs écrans télé retransmettent ce jeu hors scène. A cela s’ajoute un espace particulier : une salle longitudinale aux immenses fenêtres. Le spectateur entrevoit certaines scènes se déroulant à l’extérieur de l’espace scénique au travers des immenses vitres ; d’autres parties de scènes se déroulent également hors plateau, dans les salles de l’exposition et sont retransmises sur les écrans. Parfois, les comédiens jouent l’un avec l’autre d’une pièce à l’autre simultanément sur le plateau. Mise en scène et scénographie inventives, donc, l’ensemble fonctionne comme une hallucination grandeur nature, un cauchemar parfois poétique aux relents écoeurants de tout ce qu’une grande ville peut produire de nauséabond.

Cette année la programmation artistique de Vicky Featherstone aura été extrêmement féconde et d’autant plus intelligente qu’elle a relayée des dramaturges et metteurs en scène trop peu entendus et vus sur les scènes des théâtres européens. Le Royal Court Theatre reste l’un des théâtres qui ne cesse de surprendre agréablement par son engagement tant politique qu’artistique, sa recherche formelle et son audace.

Delphine Leroux,
à Londres

https://royalcourttheatre.com/whats-on/grimly-handsome/

Photos J. Pierson

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN